30 ans de créativité

Cette saison 2015-2016 résonne avec un charme tout particulier pour les Ballets de Monte-Carlo. En effet cette année, ces derniers célèbrent avec liesse leurs 30 années d’existence et de rayonnement à travers le monde. Pour l’occasion, la compagnie a
imaginé une saison pétillante et pleine de surprises.

Mais remontons un peu le fil du temps… Dés le début du 20ème siècle, s’est tissée entre Monaco, la danse et l’art chorégraphique en général, une longue et fidèle histoire d’amour partagée. En effet, la Principauté a été pendant plus de vingt ans, l’atelier créatif de Serge de Diaghilev et de ses Ballets Russes qui regroupaient quelques-uns des meilleurs danseurs de Moscou et de Saint Petersbourg. Avant-gardistes, ils ont su imposer avec talent, la représentation chorégraphique comme un spectacle à part entière. Nombre de chorégraphies qui marquèrent l’histoire de la danse moderne ont d’ailleurs vu le jour à l’Opéra de Monte Carlo comme le fabuleux Spectre de la Rose. A la mort de Diaghilev, la compagnie est dissoute avant de renaître plusieurs fois sous diverses appellations, entre 1929 et 1931, date à laquelle elle disparaît définitivement.

De son temps, S.A.S la Princesse Grace de Monaco a toujours souhaité redonner vie, à une véritable compagnie de ballets en Principauté. En 1985, S.A.R la Princesse de Hanovre, qui est également très impliquée et dévouée à l’univers culturel de Monaco, réalise enfin le souhait de sa mère et crée la compagnie des Ballets de Monte-Carlo. Dirigés à l’époque par Ghislaine Thesmar et Pierre Lacotte, ces derniers rassemblent 37 danseurs dont le talentueux Frédéric Olivieri, et s’imprègnent de la riche histoire artistique monégasque tout en lui insufflant un souffle de modernité indéniable. La scène de la légendaire Salle Garnier de l’Opéra de Monte-Carlo accueille leur premier spectacle le 21 décembre 1985 en mémoire de S.A.S la Princesse Grace. Les tournées s’enchainent alors.

Mais c’est en 1993, l’arrivée à la tête de la compagnie composée alors de 50 danseurs, du prolifique et créatif Jean-Christophe Maillot qui élargit
considérablement l’horizon des Ballets de Monte-Carlo. En tant que chorégraphe et directeur il donne un réel essor international à ces derniers, grâce notamment aux nombreuses chorégraphies qu’il crée en exclusivité pour les danseurs de la compagnie. Il y marie avec talent et virtuosité la danse, le théâtre, les arts plastiques et même la littérature et ce en collaboration avec les meilleurs plasticiens, artistes et compositeurs du moment. En deux décennies, il imagine et monte pas moins de 40 ballets qui font la réputation des Ballets de Monte-Carlo sur les plus grandes scènes mondiales. Véritable ambassadrice culturelle internationale de la Principauté, la compagnie passe plus de 100 jours par an en tournée à travers le monde. De « Vers un pays sage » en 1995, à « La Mégère apprivoisée » (création pour le Ballet du Théâtre du Bolchoï) en 2015, en passant par « La Belle » pour laquelle il décroche le Nijinsky de la meilleure production chorégraphique en 2001 et le prix Danza&Danza du meilleur spectacle en 2002, ou encore « Faust » en 2007, Jean-Christophe Maillot imagine des œuvres alliant excellence classique et audace contemporaine. Plusieurs de ces créations sont d’ailleurs au répertoire des plus grandes compagnies internationales comme les Grands Ballets Canadiens, le Royal Swedish Ballet, le Ballet National de Corée, le Stuttgart Ballet, le Royal Danish Ballet, ou le Ballet du Grand Théâtre de Genève, etc. Mais il affirme également une volonté d’inviter des chorégraphes de tous styles à travailler avec les 50 danseurs de la compagnie. Pour ne citer qu’eux, on retiendra les prestations remarquées de Sidi Larbi Cherkaoui, Shen Wei, Alonzo King, Emio Greco, Chris Haring, Marco Goecke, Lucinda Child, William Forsythe, Jiri Kylian, Karole Armitage, Maurice Béjart ou encore Marie Chouinard.

En 2000, Jean-Christophe Maillot, avec l’aide une nouvelle fois, de S.A.R. la Princesse de Hanovre et de Stéphane Martin, lance également le Monaco Dance Forum, un projet qui lui tenait à cœur depuis longtemps. En effet dans le prolongement de son travail avec d’autres chorégraphes hétéroclites, il accueille au cours de ce festival de danse international, des artistes et créateurs de tous horizons venus y partager leur vocation. A travers un florilège de spectacles, expositions, ateliers, workshops, master classes et autres conférences se dessine sous de multiples angles, l’univers complexe de la création. Véritable espace d’expression et d’échange, le Monaco Dance Forum a pour but premier de dynamiser et promouvoir de manière inédite l’art chorégraphique.

A partir de 2011, sous la Présidence de S.A.R. la Princesse de Hanovre, Les Ballets de Monte-Carlo réunissent désormais au sein d’une même structure La Compagnie des Ballets de Monte-Carlo, le Monaco Dance Forum mais aussi l’Académie Princesse Grace, l’école de danse de haute facture créée par S.A.S la Princesse Grace et S.A.S le Prince Rainier III en 1975.
A l’occasion de ce 30ème anniversaire, la compagnie présente une saison pleine d’audace et d’inventivité. En décembre dernier, Jean-Christophe Maillot a choisi de créer un nouveau Casse-Noisette : « Casse-Noisette Compagnie », ballet qu’il avait créé en 1992 au Centre Chorégraphique de Tours et représenté à Monaco en 1999 lors du Jubilé du Prince Rainier III. Il faut dire que cette nouvelle création est une véritable plongée au cœur même de l’univers créatif du chorégraphe et des Ballets de Monte-Carlo, à la découverte d’un univers où la danse rend tout possible.

Du 28 avril au 1er mai dernier, la compagnie a également offert au public monégasque une soirée exceptionnelle imaginée par le chorégraphe Jiří Kylián, devenu au fil des années, « un ami intime de la Compagnie », qui présente trois de ses œuvres incontournables : Bella Figura, Gods and Dogs et Chapeau. Des soirées pleines d’émerveillement puisque Jiří Kylián a souhaité ajouter une surprise avec deux interprètes totalement inhabituels : Jean-Christophe Maillot et Bernice Coppieters ! Un véritable clin d’œil à leur amitié longue de 26 ans. Du 21 au 24 juillet prochains, dans le cadre de « l’Eté Danse » Jean-Christophe Maillot laisse la scène à deux jeunes chorégraphes Jeroen Verbruggen (ancien danseur de la compagnie) et Vladimir Varnava (qui a déjà reçu deux Masques d’Or) et à leurs univers singuliers.

Enfin du 28 au 30 juillet, Jean-Christophe Maillot et les danseurs des Ballets de Monte-Carlo présenteront à la salle Garnier de l’Opéra de Monte-Carlo leur « Roméo et Juliette », oeuvre phare de Jean-Christophe Maillot, créée en 1996 et dansée plus de 300 fois dans le monde.

Une bien jolie manière de fêter les 30 années passées autant que les
30 prochaines à venir.

© photos : 2013-Casse Noisette compagnie – JC Maillot ©A.Blangero
Romeo et Juliette © Photo Gia To
Romeo et Juliette © Alice Blangero
1999 – Cendrillon-JC Maillot © Marie-Laure Briane
2011-Le Corps du ballet – Greco & Scholten © Marie-Laure Briane
© Vladimir Varnava
Gods and Dogs © Photo Alice Blangero
2006-Altro Canto – JC Maillot – © Marie-Laure Briane
2009 – Silent Cries – Jiri Kylian – © Marie-Laure Briane
2011-Lac de JC Maillot © Laurent Philippe