A la découverte des Cuvées Prestige de Champagne Deutz

Flacons de plaisir

Le « style Deutz », où se retrouvent passé et présent, s’appuie sur une solide expertise en matière d’assemblage. Ainsi pour ses cuvées Deutz Brut Classic, la Maison, selon les caractéristiques des vins de la récolte de l’année, leur adjoint une proportion variable de vins de réserve (cuvées antérieures) qui tourne en général autour de 20% à 25% mais elle peut atteindre jusqu’à 40% comme pour les cuvées de 2001 ou encore de 2011. Ainsi il peut être le résultat de l’assemblage pointu de 30 à 40 crus différents selon les années. Ce savoir-faire séculaire permet une constance dans l’excellence des différentes cuvées et signe tout en subtilité l’esprit Deutz. A l’inverse, un champagne millésimé, correspond à un grand champagne résultant d’une année exceptionnelle, provenant uniquement de la récolte de l’année, et produit avec les meilleurs raisins (appelés également têtes de cuvée). Le millésime 1961 voit naître la cuvée William Deutz en hommage à l’un de ses fondateurs. Cette dernière marie avec talent et subtilité le meilleur des trois cépages champenois réunis, Pinot Noir, Pinot Meunier et Chardonnay. Elle sera rejointe lors du millésime 1993, par la cuvée Amour de Deutz, un 100% Chardonnay plein d’élégance et de finesse puis par la cuvée Amour de Deutz Rosé, principalement élaborée à partir des meilleurs Chardonnays et de Pinot Noir. William Deutz, Amour de Deutz et Amour de Deutz Rosé constituent le trio de prestige de la Maison Deutz.

Place à la dégustation. Et c’est Patrice Frank, le Chef Sommelier des restaurants de l’Hôtel de Paris de Monaco qui est également le président de l’Association Monégasque de la Sommellerie, qui a gentiment accepté de nous faire découvrir toutes les subtilités de ces trois Têtes de Cuvée Deutz. « Les champagnes millésimés représentent vraiment une autre émotion, une approche et un travail différent de la Maison. Comme ils ne sont le fruit que d’une seule année, ils sont le reflet parfait de la récolte de ce millésime. Cela les rend uniques. D’autant qu’ils ne sont produits que les meilleures années, lorsque le produit le mérite et affiche une qualité irréprochable. Ainsi selon les millésimes, les cuvées vont évoluer différemment dans le temps. Quand un champagne classique se conserve entre 3 et 6 ans, le temps de garde d’un millésimé sera au minimum de 15 ans. Ses qualités gustatives vont ainsi évoluer, la bulle deviendra de plus en plus fine et légère, et le champagne se fait également plus vineux. Ils sont alors parfaits pour des accords mets-vins subtils et élaborés. Mais tout est une question très personnelle de palais, certains vont adorer cette bulle plus calme et plus tempérée et cette rondeur, tandis que d’autres n’apprécieront absolument pas. Tout dépend des références gustatives de chacun. Concernant la température de service, il faut certes de la fraîcheur, mais pas en deçà des 12 degrés car plus frais on perd l’expression aromatique du champagne. D’ailleurs, je vous conseille d’essayer de mettre en carafe au moment de servir car cela tempère la bulle, apporte de l’élégance au vin et c’est juste magnifique ! Amour de Deutz Rosé 2008 2008 est un millésime tendu et minéral. Nous sommes ici sur une belle couleur pétale de rose, avec des reflets qui tirent sur le saumoné. C’est brillant, limpide et lumineux, vraiment très joli. La bulle est excessivement fine, régulière et délicate. En vieillissant, le Rosé change de coloration, et avec son évolution naturelle, il va tirer sur l’oranger ce qui n’est absolument pas un défaut. Il faut d’ailleurs le protéger de la lumière afin d’éviter son altération. Le nez est marqué par de petits fruits rouges, on reconnaît bien les notes de fraise des bois et de cassis. On a également un peu de floral avec de la violette. Mais aussi des agrumes avec de l’orange sanguine et un peu de mandarine. C’est très alcalin et profondément minéral. Le nez est vraiment particulièrement fin et élégant. On est loin du nez d’un champagne rosé classique. La bouche est parfaitement équilibrée avec un palais très long. L’attaque est franche mais délicate à la fois. On retrouve ces notes de croquant, de fruits rouges et d’agrumes découvertes à la rétro olfaction. La longueur en bouche est belle. Au niveau des accords mets-vins, il se marierait parfaitement avec des rougets de roche avec une petite sauce vierge à coté, ou encore du saumon gravlax pas trop fumé. Mais aussi superbement avec des desserts comme des fruits rouges accompagnés de mascarpone. Cet Amour de Deutz Rosé évoluera très bien sur au moins 5 à 6 ans. Il peut encore s’arrondir un peu, s’assouplir et être encore plus élégant. Mais on peut bien évidemment le consommer dés aujourd’hui sans aucun problème. Amour de Deutz 2008 Il affiche une jolie couleur jaune paille, légèrement citronnée. La bulle est très fine, élégante et harmonieuse. Le dégagement gazeux est régulier et particulièrement fin. Ces bulles toutes fines qui montent le long de la verrerie sont vraiment un joli spectacle. La finesse est indubitablement la marque des têtes de cuvée. Le nez est quant à lui assez délicat. Il est dominé par des notes d’agrumes, et on y retrouve du cédrat et des notes florales comme le jasmin, très aérien. Tout en fraîcheur et en minéralité. Le nez dévoile également des touches de pomme Granny Smith. J’aime beaucoup. C’est élégant et fin. En bouche on a une très belle attaque franche et droite. Le milieu de bouche est bien équilibré. On retrouve également en rétro-olfaction nos premières sensations olfactives.

Les champagnes millésimés représentent vraiment une autre émotion, une approche et un travail différent de la Maison.

Quant aux accords mets-vins cet Amour de Deutz sera idéal pour accompagner des huîtres natures, sans citron, ni beurre échalotes, ou encore de très beaux poissons comme le loup, la dorade ou le bar avec un filet d’huile d’olive ou une sauce Bayaldy rappelant la fraîcheur du champagne. Avec de telles cuvées il faut mettre en avant et miser sur ces produits plutôt qu’imaginer des accords très compliqués. William Deutz 2006 Le millésime 2006 est un magnifique millésime qui a déjà 11 ans. Il commence à arriver dans sa plénitude et sa maturité. Il est tout particulièrement chaleureux et vieillira très bien dans le temps. On peut facilement lui donner encore une dizaine d’années. D’ailleurs on le voit tout de suite à la couleur bien plus soutenue. Elle commence même à être dorée, jaune profond. Le vin a perdu ses reflets de jeunesse au profit de teintes or. La bulle est toujours très fine et très légère. Le dégagement gazeux est harmonieux et régulier. C’est vraiment joli dans le verre. Au nez la palette aromatique s’est enrichie. On retrouve un côté beurré, toasté, brioché et pain grillé très marqué. C’est caractéristique des Pinots Noirs majoritaires qui évoluent. Nous sommes toujours sur des arômes très élégants mais nous avons changé de palette car nous ne sommes plus sur des arômes primaires comme les agrumes ou les fruits croquants, mais nous commençons à arriver sur des pêches de vigne à maturité ou encore des poires un peu mûres. Je pense que d’ici 6 ans, ce champagne sera à son apogée. Cela ne veut pas dire que nous ne pourrons pas le garder plus, mais pour mes repères gustatifs personnels dans 5 ou 6 ans il sera au summum. Cependant tout est question de goût comme expliqué précédemment. En bouche, les mêmes notes ressortent et viennent confirmer le nez. Le champagne est beaucoup plus vineux avec plus de largeur en bouche avec plus d’amplitude, de richesse. Pour les accords mets-vins, la Cuvée William Deutz 2006 sera superbe avec une belle poularde de Bresse aux morilles, du veau, voire de l’agneau. On pourrait également le servir avec des Comtés 18 ou 24 mois. Je suis sûr qu’il y a de très beaux mariages à faire avec ce champagne car il a vraiment du caractère. Mon coup de cœur du jour lui revient sans hésitation. C’est vraiment le type de champagne que j’adore !