Des garde-temps de légende

A l’instar des grands crus millésimés, certains modèles de garde-temps s’inscrivent dans le temps sans jamais perdre une once de leur aura. Que ce soit de par leurs design intemporels qui traversent les décennies sans prendre une ride, ou encore grâce à leurs mécaniques avant-gardistes qui transcendent les années, ces montres de légende font rêver tous les passionnés de belle horlogerie. Voici rien que pour le plaisir des yeux, cinq des plus emblématiques garde-temps cultes imaginés par les Maisons horlogères.

Tag Heuer Monaco
Voici également un célèbre modèle horloger dont l’histoire est liée à l’univers du sport automobile. Ainsi la Tag Heuer Monaco reconnaissable au premier coup d’œil à son design révolutionnaire doit une partie de son succès au film Le Mans sorti en 1970 et à son acteur principal Steve McQueen. Ce dernier insiste pour porter la Tag Heuer Monaco, à la teinte bleue éclatante qui vient tout juste d’être dévoilée par la marque. Il faut dire que la belle a bien travaillé ses arguments : il s’agit du tout premier chronographe automatique du monde, c’est également la première montre carrée étanche et son Chronomatic Calibre 11, le premier mouvement automatique de chronographe à microrotor est d’une précision exceptionnelle. Elle sera ainsi rééditée en édition limitée à 5000 exemplaire en 1998 avant de se voir totalement redessinée en 2003. En 2004, la Monaco V4 révolutionne l’horlogerie traditionnelle avec son mouvement avant-gardiste entrainé par quatre barillets montés en V comme les cylindres d’un moteur de Formule 1. Et depuis cette année, elle se décline même en version féminine avec la Monaco Lady tandis qu’est présenté une édition limitée Monaco Calibre 11 Edition France.

Omega Speedmaster
Impossible d’envisager un article sur les garde-temps de légende sans évoquer l’Omega Speemaster, LA star qui à défaut de décrocher les étoiles a marché sur la lune ! En effet la Maison a initialement imaginé ce chronographe afin de répondre aux demandes et besoins des pilotes de courses automobiles. Mais en 1964, la NASA à la recherche d’une montre pouvant supporter d’aller dans l’espace, sélectionne ce dernier et son verre en hésalite. La Speedmaster passe avec brio toute une batterie de 11 tests rigoureux et rien n’en vient à bout ! En 1965, elle devient l’unique montre homologuée par la NASA pour toutes ses missions spatiales habitées. Baptisée Moonwatch, cette dernière sera ainsi au poignet d’Aldrin ce fameux 20 juillet 1969 pour ses premiers pas sur la lune ! Une légende est née. En 60 ans d’existence, elle a été déclinée en beaucoup de versions mémorables, comme cette année avec l’exceptionnelle Speedmaster Dark Side Of The Moon Apollo 8. Pour célébrer le 50ème anniversaire du vol Apollo 8 (qui fut le premier en orbite autour de la lune) Omega a décoré tout spécialement le mouvement de cette dernière.

Jaeger Lecoultre Reverso
Pour la petite histoire, la création de l’iconique Jaeger Lecoultre Reverso remonte à 1931. En effet, à cette époque, les colons anglais installés en Inde rencontre un grave problème. Ils explosent trop souvent le verre de leur montre pendant leurs tempétueux matchs de polo. Alors lorsque cette problématique remonte aux oreilles de l’horloger suisse Jacques-David LeCoultre et de son associé parisien Edmond Jaeger, ces derniers imaginent avec René Alfred Chauvot une montre offrant la possibilité d’être tout simplement retournée afin de protéger son cadran et son verre. Une véritable révolution horlogère. Depuis, nombre de versions, de déclinaisons et de complications ont ainsi vu le jour pour le plus grand plaisir des afficionados de cet original modèle iconique de la tendance Art Deco. En 2018, la Maison présente une édition limitée toute en élégance de la Reverso Tribute Duoface montée sur un bracelet du bottier argentin Casa Fagliano. La Reverso Tribute Duoface s’enorgueillit de deux cadrans affichant chacun un fuseau horaire.

Piaget Altiplano
L’an dernier la révolutionnaire Piaget Altiplano a célébré avec liesse son 60ème anniversaire. En effet depuis 6 décennies la Maison Piaget n’en finit plus de repousser les limites de l’extraplat avec ce modèle de légende. Depuis sa création en 1874, Piaget se fait connaître pour son expertise en matière d’extra plat. Mais c’est en 1957 que Valentin Piaget dépoussière littéralement le monde horloger en présentant son désormais mythique calibre à remontage manuel 9P extra-plat. Ses 2 mm de hauteur et son extrême élégance laissent bouche bée. Il la baptise d’ailleurs Altiplano en hommage au plus haut sommet de la Cordillère des Andes. L’exploit est renouvelé en 1960 avec le 12P, le tout premier mouvement automatique extra-plat de moins de 2,3 mm ! Au fil de ces 60 ans, la marque cherchera au fur et à mesure à gagner quelques dixièmes de millimètres sur l’épaisseur des mouvements tout en lui conférant des complications de plus en plus élaborées. D’ailleurs, pour ce mémorable anniversaire la Maison a doté en 2017 pour la première fois l’Altiplano de la plus belle des complications, le tourbillon.

Rolex Oyster Perpetual Cosmograph Daytona
Cette année, le modèle iconique de la Maison Rolex souffle sa 55ème bougie. Autant d’années d’une aventure horlogère hors du commun qui continue de faire rêver les passionnés de garde-temps à travers le monde. C’est en 1963, que le mythique chronographe voit le jour. En effet un an plus tôt est lancé en Floride le « Daytona International Speedway », une épreuve de course inédite avec qui la marque a signé un partenariat. Et c’est à l’intention des pilotes engagés dans la course que Rolex imagine un chronographe doté d’une échelle tachymétrique gravée sur la lunette et de compteurs additionnels de couleur différente. La lisibilité a été tout spécialement réfléchie tout comme sa robustesse et sa performance, le tout dans une élégance intemporelle irréprochable. C’est d’ailleurs un passionné de courses automobiles, l’acteur légendaire Paul Newman qui révèlera le Rolex Daytona au monde en choisissant de l’arborer pendant le tournage du film « Virages ». La Daytona traversera les décennies avec un succès sans pareil évoluant de versions en versions comme avec le modèle présenté l’an dernier en or 18 carats qui se voit doté de l’innovant bracelet Oysterflex en élastomère renforcé d’une lame métallique.