Gare du sud. Le concept du “food-court” s’implante à Nice

Après 27 ans d’inoccupation, l’ancienne gare ferroviaire fait peau neuve et se transforme en véritable halle gourmande. Une reconversion inédite qui apporte une pincée de piment au quartier de la libération.

Pizzas, lasagnes, hamburgers, sushis, ramens, couscous, chicken tikka, fajitas, cookies, autant de plats étrangers mais familiers sur la Côte d’Azur, notamment depuis l’ouverture du nouveau temple de la cuisine, le 17 mai dernier. Inspirée du phénomène « food-court » qui consiste à mettre à disposition différents restaurants autour d’une salle commune de consommation, la ville de Nice a inauguré un lieu de vie mêlant art culinaire, activités commerciales et histoire. L’objectif premier en dehors de ravir nos papilles? Faire perdurer la tradition culturelle et marchande du quartier aux 10 000 habitants. Au menu : melting-pot de cultures Au-delà d’offrir une incroyable mosaïque de régions, de climats et de dialectes, le monde recèle une multitude de saveurs. Depuis des millénaires, ce n’est pas une cuisine mondiale qui domine mais des cuisines nationales qui fleurissent. Saluées dans les quatre coins du globe, elles ont décidées de faire escale à la Gare du sud pour mettre en avant leurs plats phares. C’est dans un espace de 2500 mètres carrés où règne cosmopolitisme et multiculturalisme que cohabitent plus de 30 comptoirs de restauration, délicieusement singuliers. Une proximité qui ne semble pas préoccuper les restaurateurs, qui se révèlent être plus complémentaires que concurrents. Exit les réservations, le serveur qui vous tient la chaise et les plats aux intitulés à rallonge, la halle gourmande va à l’encontre des codes de l’expérience culinaire traditionnelle. Le crédo en matière de cuisine est : « qualité » avec une sélection minutieuse des chefs admis. Mais aussi « accessibilité » avec une démocratie des prix. Chaque corner d’une superficie allant de 14 à 17m² est disposé le long des façades pour permettre une orchestration intérieure et extérieure sur les terrasses. Le client déambule au bon vouloir de ses envies à la recherche de la spécialité qui le fera craquer. Car, la cuisine ce n’est pas seulement un savoir-faire, c’est avant tout une affaire de coeur. Une seconde vie pour le monument historique Ce n’est un secret pour personne : la tendance de la fin du XX ème siècle est dirigée par la frénésie des fast-foods et de la consommation de masse. Anticonformistes, les « food-courts » s’imposent et refusent une uniformisation des cultures. À Nice, le centre commercial de la gastronomie s’inscrit dans la même philosophie et tente d’initier aux cuisines du monde entier. Un zeste de tradition, une note d’animation, un soupçon de farniente, un parfum d’évasion dans les assiettes… et quelle plus belle recette pour insuffler une seconde vie au quartier de la libération? Désaffectée, transférée rue Alfred Binet, menacée de destruction, puis sauvée in extremis, le destin de l’ancienne gare ferroviaire a été mouvementé. Mais depuis sa transformation en halle gourmande, un souffle de modernité et de convivialité semble avoir fait table rase du passé. Bordée par la gare des chemins de fer de Provence, desservie par la ligne n°1 du tramway, située à 5 minutes à pied de la gare Thiers et 15 minutes de la place Masséna, aujourd’hui, tous les chemins mènent au quartier de la Gare du sud. Valorisation économique et environnementale ou simple hasard? Quoiqu’il en soit, le succès est au rendez-vous.

35 Avenue Malaussena, 06000 Nice Horaires d’ouverture : Mardi, Mercredi et Dimanche : 11h-23h Jeudi et Vendredi et Samedi: 11h-00h