La Cinquante-deuxième de la dérision :

Le succès mérité du 50ème numéro de votre magazine “ tendance ” a insufflé aux éditeurs un engouement certain pour que la dérision prenne le dessus sur l’horoscope. Aussi, pour que nos fidèles lecteurs ne soient pas trop déstabilisés, ce texte bimensuel prend le chemin enivrant de mes déviances personnelles. Vous m’en direz des nouvelles. Pour ce nouveau numéro : “ et si le Chameau était un signe… il serait ” :

Origines : Alors que l’Homme n’a de cesse, depuis ses origines douteuses, de se servir sans retenue de ce que Mère nature lui offre, il est admis, dans la science astrale, que le Chameau aurait dû être un signe mais qu’il aurait été doublé à la dernière seconde par celui qui n’a qu’une bosse. Oui, c’est une drome d’histoire ! Vous me direz sans doute que le dromadaire n’y est pas non plus ! Et vous auriez raison, chaque chose en son temps… Les origines de ce signe du Chameau qui n’existe pas viendrait de la Haute Antiquité. Eliezer, mandé par Abraham pour chercher une femme à son fils Isaac, se serait servi de dix chameaux remplis d’or pour accomplir sa tâche. Albert Le Grand, frère dominicain du 13ème siècle indique même dans son ouvrage « Admirables secrets » que le pouvoir du sang de chameau est illimité, surtout lorsqu’il est mis en situation par une nuit étoilée. De ces origines sans doute stellaires, j’en retire une leçon « quand le chat maudit, le chameau fait » et c’est là l’essentiel. Amour : Le natif du chameau se serait fait une réputation, celle de la tromperie maladive. L’expression « touchez ma bosse » viendrait de là bien que je n’ai pas encore trouvé le texte qui l’affirme. Remettons de l’ordre dans les idées préconçues que l’Homme se fait du Chameau : le Chameau en a deux. Dès lors, il les utilise. La Chamelle, quant à elle, est encline à l’acte, cinq fois par an uniquement. Je vous vois froncer les sourcils : « si peu ? ». Pourtant, je puis l’assurer, mieux vaut qu’il n’y en ait pas plus… la chamelle véritable devient lionne à ces occasions et peut paraître agressive si ce n’est excessive. L’Histoire indique même que c’est lors d’une tragique nuit d’été en 1169 qu’une chamelle en chaleur a créé une nouvelle race : le dromadaire… vous imaginez comment ? Travail : On n’amadoue pas un chameau au boulot ! La bête avance coûte que coûte sans trop réfléchir. C’est une qualité certaine, les heures supplémentaires étant systématiquement offertes à titre gracieux, mais cela peut engendrer quelques contraintes. Vous, charmants chameaux à la soif insatiable de succès, prenez le temps de poser votre plume pour mieux écouter l’autre, celui qui vous donne vos émoluments en fin de mois, sous peine d’exil et d’errance dans le désert de la pauvreté. Suivez mon conseil, faites croire à votre patron que vos deux bosses sont autant d’idées que vous ne portez de poids, brossez-le dans le sens de votre poil, offrez-lui de temps en temps un verre de votre eau fétide, cela lui donnera le sentiment d’exister. A défaut, ouvrez-vous à l’étranger, apprenez l’arabe et partez à la découverte du monde, les patrons de là-bas (dis) peuvent paraître plus durs mais au moins ils vous feront découvrir des pays perdus. Finances : A la lecture de la presse spécialisée, sous réserve que votre signe puisse exister un jour, il semble que le terme « chameau » soit synonyme d’avarice. Ne craignez rien, je n’irais pas jusqu’à vous traiter de rat, ce serait trop rabaisser le chameau que vous êtes. Vos deux bourses seraient systématiquement mises à l’équilibre dès lors qu’une dépense serait effectuée. Selon où l’on se place (bosse de droite ou de gauche), ce trait de caractère est soit une qualité soit un défaut. Je n’aurais donc d’autre conseil que de vous orienter à changer de voie. L’économie n’a de sens que pour celui qui dépense. Lâchez la bride de la bourse quelque peu et investissez dans les terres arides qui ne demandent qu’à être peuplées, les brebis vous suivront à n’en pas douter. Santé : Les maux du chameau sont multiples. Outre les fuites urinaires fréquentes et les implants dentaires quasi obligatoires dès votre plus jeune âge, les chameaux perdraient les poils assez tôt. Autant les chameaux rapaces retireront du bénéfice de voir leur chamelle ne pas dépenser des fortunes chez le dermatologue aux fins d’épilation définitive, autant eux-mêmes se trouveront dans l’obligation d’investir pour ne pas perdre le poil et ne pas engendrer de sarcasmes des autres bêtes de foire que nous sommes. Un conseil : Passer de la pommade plusieurs fois par jour, cela aiguise les sens et l’appétit, le poil soyeux se rebiffera et vous en perdrez moins. Restons en conclusion sur le véritable conseil du professionnel que je suis : « Vous, chameau fugace à la dentition affirmée, ouvrez les vannes de l’espoir de croire que vous serez un jour le Roi des animaux. Les Chinois vous intègreront sans doute à leurs signes, à moins que la finance persique ne soit plus alléchante. Replacez votre double bosse là où il faut pour faire croire et n’oubliez pas que le dromadaire n’en a qu’une… ça peut aider ». D’ici là, n’oubliez pas, Vous narcissiques lecteurs invétérés de signes astraux, que le vocabulaire de l’horoscope peut en cacher un autre… consommez donc ce type de lecture avec modération, tout est question d’interprétation et d’humour…