Le passé au gout du jour

Bien au delà de la tendance Vintage, le passé est plus que jamais présent dans nos quotidiens. En effet, comme autant d’ersatz d’une époque bénie aujourd’hui révolue, l’authenticité et le savoir-faire reviennent avec fougue sur devant de la scène. Que ce soit en matière de gastronomie, de design, d’horlogerie, d’automobile ou encore de mode, l’esthétique rétro et l’artisanat séduisent nombre de consommateurs, de plus en plus en quête de qualité et de partage de valeurs. Avis aux nostalgiques, dans cette dynamique, plusieurs entreprises françaises ont pris le parti de remettre au goût du jour des accessoires de mode emblématiques. Voyageons le temps de ces quelques pages à la découverte d’espadrilles, de bérets, de nœuds papillon et de bretelles d’exception.

Les Espadrilles Cala 1789
A l’origine, l’espadrille est la chaussure traditionnelle emblématique de la Catalogne et du Pays Basque. Il faut dire qu’avec sa semelle légère en corde de jute (ou de chanvre), son dessus en toile de lin et sa fabrication artisanale, l’espadrille a tout de la chaussure de détente et de loisirs idéale. Avec le temps, la fabrication à la chaine est certes passée par là. Mais c’est toujours dans le Sud, cette fois ci plus à l’est, sur la Côte d’Azur, que Damien Calamuso décide, en 2010, de réinventer cette icône en lui donnant un formidable coup de jeune. Ce n’est pas pour rien s’il nomme la marque Cala 1789, la révolution est bel et bien en marche ! Au programme un florilège de couleurs modernes (afin de sortir des éternels bleu marine ou noir), des motifs tendances, des formes variées et une fabrication exclusivement française pour les espadrilles classiques (plus précisément ces dernières sont produites dans le Sud Ouest) et européenne pour le reste de la gamme. La qualité et l’art de vivre azuréen sont les fils conducteurs des différentes collections. En 8 ans, 1789 Cala a parcouru beaucoup de chemin puisque la marque compte aujourd’hui pas moins de 100 magasins en France mais également à travers le monde (comme au Japon, aux Maldives, en Russie, au Koweit, ou encore en Thaïlande, etc…). La marque a également étendu son savoir faire à des collections de prêt à porter et d’accessoires.

Les Bérets Laulhère
Impossible de penser à la France sans penser à l’iconique béret. Tout comme le coq ou la baguette de pain, ce dernier illustre à merveille l’art de vivre à la française. L’origine de ce couvre-chef souple en laine tricotée, feutrée et doublée de cuir remonte au milieu du XVIIème siècle au cœur de la région béarnaise (dont il tire d’ailleurs sont nom) où il était très plébiscité par les bergers pour se protéger entre autres des intempéries. Il a depuis traversé les siècles, se féminisant même dans les années 30 grâce aux grands couturiers qui se l’approprient et le déclinent à l’envi. La manière de le porter varie également avec les époques et les modes : centré sur le haut de la tête ou incliné sur l’un des cotés, ou encore sur l’avant ou l’arrière… C’est d’ailleurs toujours au pied des Pyrénées, que la dernière fabrique historique, la Maison Laulhère imagine et manufacture depuis plus de 190 ans des bérets dans la plus pure tradition séculaire française. Elle a d’ailleurs reçu la distinction très prisée d’« Entreprise du Patrimoine Vivant » ainsi que le label « Origine France Garantie ». Pour ce faire pas moins de deux jours entiers sont nécessaires à la fabrication de chaque pièce. En effet le soin apporté à toutes les étapes de fabrication en fait un accessoire unique et inégalable. Du béret basque classique aux plus modernes en passant pas les bérets dits casquette, Laulhère met tout son savoir faire ancestral au service de l’emblème du pays. La maison est d’ailleurs le fournisseur officiel de l’armée française.

Les Nœuds Papillon Le Colonel Moutarde
L’origine du nœud papillon reste très nébuleuse. Il serait question de la guerre de 30 ans où les cavaliers nouèrent des bouts de tissus à leur cou, afin de se protéger de la pluie et du vent ou encore d’un dandy anglais du XIXème siècle qui détourna le nœud de cravate. Même s’il représente encore aujourd’hui la quintessence même de l’élégance à la française, le nœud papillon manquait jusque là quelque peu d’originalité. C’est en partant de ce constat simple que Remi Duboquet et Clémence Yon, les fondateurs de la marque Le Colonel Moutarde (promis sans le chandelier dans la cuisine ☺) eurent l’idée en 2011 de dépoussiérer ce grand classique de l’accessoire masculin en lui insufflant modernité et inventivité. Comme le disait Picasso « Tout ce que vous pouvez imaginer est réel ». Cet adage pourrait servir de baseline aux créations de la Maison (qui compte déjà 4 boutiques en nom propre, plusieurs revendeurs et un site internet) tant ces dernières respirent la liberté et la créativité. La marque s’appuie sur des matières premières de qualité comme la soie, le coton Liberty of London® ou Japonais, la popeline de coton ou encore la laine. Chaque pièce (unique ou de petite série) est ainsi entièrement réalisée et cousue à la main dans l’atelier de la Maison à Lille. Afin de compléter le look, Le Colonel Moutarde propose également des pochettes de costume, bretelles, et caleçons assortis. Il ne vous restera plus que le dilemme cornélien du choix !

Les Bretelles de Léon
C’est en 1822 qu’Albert Thurston eu l’idée des bretelles sous leur forme moderne. En effet les pantalons se portant à cette époque taille haute, les ceintures étaient bien peu confortables. Les bretelles se feront indispensables de tous les dressings masculins et ce jusque dans les années 30 où l’abandon du gilet qui les dissimulait sonne le glas de ces dernières. Mais depuis plusieurs années, ces symboles du chic français font un retour en force. A la recherche du petit supplément d’âme qui réveillera leur look, Mathieu, Axel et Pierre, trois amis entre Paris et Lyon se lancent en 2012 dans la conception et la fabrication de paires de bretelles 100% made in France. L’ambition est osée et c’est ainsi que Les Bretelles de Léon voit ainsi le jour. Pour ce faire, la Maison travaille uniquement avec des fournisseurs et des ateliers de production français que ce soit pour la fabrication des bretelles, des boutons, des étiquettes ou même du packaging ! Du 100% français revendiqué avec fierté comme un gage de qualité et d’équité ! La marque a également depuis bien diversifié sa gamme en proposant aussi bien des bretelles fines ou larges à pinces que des amovibles à pinces ou à boutons, ou encore des bretelles pour les femmes et pour les enfants ! Les trois comparses ont également souhaité offrir à leurs clients une expérience complète en proposant un service pointu de conseil pour que chacun puisse selon son envie et sa morphologie choisir LA paire de bretelles de Léon idéale pour lui.