Le “Vegan Gorilla” cuisine végétale au cœur de Nice

« Je mange de tout, mais je ne mange personne. » Accrochée à quelques branches de bois sur le mur, à l’entrée du restaurant, la petite pancarte fait sourire et nous plonge immédiatement dans une ambiance conviviale. Si nous levons les yeux, un gorille nous observe, caché derrière la balustrade à l’étage. Une petite musique apaisante résonne en fond sonore. Bienvenue au « Vegan Gorilla », le restaurant niçois vegan de Willy et Camille Berton.

Camille est devenue vegan il y a cinq ans. Willy, lui, a bousculé ses habitudes alimentaires et a rejoint lui aussi ce « mode de vie ». « Ce sont des choix personnels différents. Ma femme s’intéressait au côté éthique, moi au côté santé. Au final, être vegan, c’est un ensemble de choix. Tous les aspects sont intéressants. » Cuisinier depuis 20 ans, Willy rêvait d’ouvrir son propre restaurant. « Un jour, en venant manger ici, nous avons vu que le Vegan Gorilla était à vendre, c’était une occasion en or », explique-t-il. « Dans ce restaurant, tout est pensé, tout est réfléchi vegan. » Dans la décoration, pas de trace de plastique ou de pétrole, mais plutôt du verre, de la pierre ou encore du métal. Une grande table en bois surplombe la pièce, pouvant accueillir jusqu’à 24 couverts. L’occasion pour les clients de se retrouver pour un moment convivial et chaleureux où le partage est de mise. D’autres tables, plus petites, sont disposées un peu plus loin, pour une ambiance plus intime. Ici, les serviettes en papier ne sont pas les bienvenues, on retrouve plutôt des serviettes blanches en tissu. « Nous préférons le côté réutilisable. On utilise moins d’eau pour laver les serviettes que dans le processus de fabrication d’une serviette en papier, qui ne servira qu’une fois », confie Willy, tout en buvant son café dans une petite tasse noire en granit.

Un voyage gustatif 100% vegan
Proposer une cuisine entièrement végétale, c’est la volonté de Willy et Camille. Aucun produit animal ne franchit donc les portes du restaurant (pas de viande, de poisson, d’œuf, ni de produits laitiers). Le couple travaille en collaboration avec des producteurs locaux (les fruits, les légumes, le pain et autres). Les produits bruts qui composent les plats sont garantis bio et sans gluten. « Oui, on accumule tous les handicaps, ce serait trop facile sinon », commente le chef cuisinier sur le ton de la rigolade. Plus sérieusement, il reprend : « on s’assure personnellement des chartes de nos produits, on vérifie qu’ils respectent l’environnement et qu’ils suivent les règles ». Willy prend l’exemple d’une de ses boissons phares, le lait de coco, à boire directement dans la noix. « Ces noix de coco proviennent de Thaïlande, et ont été ramassées par les hommes. Nous n’avons pas affaire à une exploitation d’animaux, comme des singes forcés par exemple. » Sur la carte figurent deux entrées, deux plats et trois ou quatre desserts. « Certaines personnes se demandent pourquoi ce n’est pas une grosse carte. Tout simplement parce que nous faisons tout nous-mêmes, avec des produits bruts. Et surtout, nous la renouvelons tous les lundis », déclare Willy en souriant. Un avantage, selon lui, car le changement plaît. « Les clients ne mangent jamais la même chose, d’une semaine à une autre. C’est cette particularité qui fait qu’ils reviennent. » Une nouveauté s’est récemment ajoutée à la carte : le brunch du dimanche, sur réservation.

« Amour », le « pays des merveilles » de Camille
Très attachée à la cause animale, Camille Berton a réussi à lier sa passion avec ses valeurs. Après le succès du restaurant « Vegan Gorilla », la jeune femme, avec l’aide de son mari, a ouvert la pâtisserie « Amour » dans la rue d’à côté, à Nice. Elle propose au total six recettes de pâtisserie, 100% vegan. « Nous avons ouvert la pâtisserie car nous avons reçu énormément de demandes sur les desserts l’an passé », raconte Willy. « Nous nous sommes d’ailleurs rendus compte que ce domaine est plus difficile que la cuisine. » Pour certains, c’est compliqué, voire impossible de confectionner des gâteaux sans œuf, ou sans lait par exemple. Pour Willy, « cela prendra un peu plus de temps pour inscrire la pâtisserie végétale dans la mémoire collective ». C’est pour cela que le couple a décidé de proposer des cours de pâtisserie et de cuisine végétale (bio et sans gluten), les lundis et mardis soirs.

Le veganisme au cœur des Niçois
En 2017, c’est le phénomène « tendance » qui fait parler de lui. Le veganisme a explosé d’un coup. C’est un mouvement qui a été médiatisé, critiqué. Pourtant, chez M. et Mme Berton, pas de critiques en vue. « Nous attirons les gens curieux, intrigués. Ils en ressortent enchantés ! », s’exclame Willy. Une aubaine pour le Vegan Gorilla, qui se voit attribuer la même année le titre de « Maître Restaurateur Vegan », le premier et unique en France. « Notre famille est vegan, c’est normal que l’on propose une cuisine qui suit nos habitudes. Un an après l’ouverture, recevoir ce titre est un honneur. » Ce titre est attribué par le Préfet du département, et récompense des établissements d’excellence. Willy Berton est ainsi le 108ème chef à devenir Maître Restaurateur sur la Côte d’Azur. Le chef cuisinier vient également de décrocher un bib gourmand au célèbre guide Michelin.

7 Rue du Lycée, 06000 Nice Tél. 04 93 81 32 98