Parenthèse artistique en Provence

Imaginez un lieu où tous les arts sont réunis, où la créativité s’exprime en toute liberté. Un endroit semble-t-il coupé du monde, installé non loin des montagnes du Lubéron. Un tableau alléchant que nous offre le domaine du Château La Coste. L’espace d’un instant, laissez-vous emporter dans son labyrinthe de talent.

Amadeo Modigliani a dit : « Toute grande œuvre d’art doit être considérée comme un travail de la nature. » Voilà qui colle parfaitement à l’aura qui se dégage de la Villa La Coste. Ce petit havre de paix, situé non loin d’Aix-en-Provence, offre à ses visiteurs un séjour hors du temps. Endroit intimiste, il est constitué de 28 Villas Suites dont dix d’entre elles possèdent leur propre piscine privée. A cela, ajoutez un spa, une bibliothèque, un salon, des restaurants, des œuvres d’art et vous aurez la recette parfaite pour un week-end inoubliable. L’art… un simple mot pour certains, mais qui signifie tellement plus pour l’établissement. Leur devise « Tous les arts réunis au cœur d’une expérience unique », ne suffit pas à définir la beauté du domaine et les différentes formes d’art qui s’y trouvent. Entourée d’un vignoble de 130 hectares, la Villa compte 30 œuvres contemporaines majeures installées à ciel ouvert, un Centre d’art conçu par Tadao Ando, une Galerie signée Jean-Michel Wilmotte et un Pavillon de la Photographie, imaginé par Renzo Piano. Tous ces lieux font vivre l’établissement à leur manière, offrant aux vacanciers un voyage initiatique d’exception. Un ensemble en parfaite harmonie avec le style chic et moderne des Villas Suites car à l’intérieur, se mélangent les couleurs du bois clair, du marbre et celle de la pierre brute, laissant derrière elles un sentiment de sérénité. Mais ici, l’art expose ses multiples facettes et se retrouve dans les vins, les créations, l’architecture, la gastronomie ou encore le bien-être. Un mélange transformant cette destination en un site unique. Les portes du restaurant passées, l’aventure continue à travers l’art culinaire. Dans les cuisines du Louison, restaurant étoilé, le chef Gérard Passedat exerce son talent. Amateur d’art et passionné du terroir provençal, les assiettes prennent des airs artistiques, dévoilant une palette de saveurs entre terre et mer. Cette créativité, on la retrouve également aux fourneaux de Francis Mallmann, chef argentin. Ici, la cuisson prend différentes formes, guidée par la maîtrise ancestrale du feu. Une façon de redécouvrir des cuissons originelles qui cumulent des siècles d’expérience (de la cuisson au feu). Une promenade digestive amène les hôtes en plein vignoble, cultivé exclusivement en agriculture biologique. L’occasion d’y savourer les productions ou de s’enrichir autour d’ateliers du vin. Entre forêts de chênes, de pins, et les fleurs de champs, l’œil se pose sur de multiples trésors. Les 30 œuvres contemporaines majeures surgissent de l’environnement comme des créations de la nature puisque chaque artiste choisit le lieu avec minutie avant d’y poser son travail. Ainsi, vous pourrez croiser la « Crouching Spider », autrement appelée « Maman », l’araignée géante. Son imposante ossature trône au milieu du l’eau, telle une mère à la fois castratrice et protectrice. C’est en tout cas la symbolique que lui porte son artiste, Louise Bourgeois, plasticienne de renom. A y regarder de plus près, peut-être vous fera-t-elle changer d’avis sur l’un des animaux les plus détestés… Mais la promenade artistique ne se cantonne pas à une vision européenne, elle fait aussi voyager à travers le monde. De la Provence au Japon il n’y a qu’un pas grâce à l’architecte Kengo Kuma et son œuvre « Komorebi », inspirée de l’architecture traditionnelle japonaise. Mélangeant bois et acier, Komorebi joue avec le soleil, ses rayons et l’ombre des arbres, fidèle à sa signification : pluie de lumière. Sous le ciel bleu de Provence et la chaleur méditerranéenne, le séjour laisse un goût délicat que l’on ne peut oublier.

Villa La Coste, 2750 route de la cride, 13610. Le Puy-Sainte-Réparade