Richard Orlinski un artiste hors norme

A cinquante et un ans, Richard Orlinski est l’artiste Français le plus vendu dans le monde depuis 2015 selon Artprice. Superstar de l’art contemporain, l’artiste a cependant su garder la tête sur les épaules. Son parcours qui s’apparente à une véritable succes story fût pourtant semé d’embuches. L’artiste a d’ailleurs choisi de se dévoiler dans son livre « Pourquoi j’ai cassé les codes » paru aux Editions Michel Lafon, au sein duquel il retrace son parcours et sa percée dans le milieu de l’Art Contemporain.

Sculpteur, désigner, DJ, écrivain, Richard Orlinski est un véritable touche-à-tout ! C’est à Cannes, dans le salon du Majestic Barrière que nous retrouvons Richard Orlinski. Vêtu d’un jean tee-shirt et d’une paire de baskets, l’artiste a tout l’air d’être un homme « normal ». Son leitmotiv ? Populariser l’art en le rendant accessible à tous, et pour l’instant, ca marche plutôt bien ! Animaux sauvages monumentaux, stiletto en résine rouge, jean, les œuvres de Richard Orlinski semblent tout droit sorties d’un film, et sont empreintes de la réalité. « Mes créations sont une réflexion sur l’instinct animal et sur la nature humaine. Je m’interroge sur la violence animale qui contrairement à celle des hommes, n’est jamais gratuite. Les animaux fascinent l’homme depuis toujours, ils sont beaucoup plus intelligents qu’on ne le croit », précise l’artiste. Son besoin de démocratiser l’art se traduit par la multiplication d’expositions gratuites, à ciel ouvert. Richard Orlinski a toujours voulu que ses œuvres parlent à tout le monde, qu’elles puissent être exposées dans des lieux insolites, en haut des pistes de Courchevel, en pleine ville ou sur les plateaux de télévision. Son but ? « Provoquer une émotion immédiate. Je voulais qu’on puisse comprendre mes œuvres au premier regard. Il n’y a pas de règle, pour moi l’essentiel est que le public soit captivé ! ». Les œuvres de l’artiste sont actuellement au cœur de deux expositions, l’une à Saulieu « le Choc des titans » où ses œuvres sont exposées face à celles de l’artiste François Pompon, ancien chef de l’atelier Rodin. La seconde à Montélimar, une exposition collective dédiée au Pop-Art où l’on retrouve les œuvres de Richard Orlinski dans les rues de la ville, ainsi qu’au Musée d’Art Contemporain, aux côtés des œuvres de Warhol, Keith Haring ou encore Jean-Michel Basquiat. Toutes deux ont d’ailleurs été prolongées jusqu’à la fin de l’année ! Côté collaboration, Richard Orlinski démontre encore une fois qu’il va où l’on ne l’attend pas, en signant, à l’occasion du 25ème anniversaire du Parc Disneyland Paris, sa version de Mickey l’Apprenti Sorcier, vendu au tarif de 49 €. C’est ici que la notion de rendre l’art accessible prend tout son sens. « Je suis super enthousiaste de savoir que des enfants pourront avoir une petite sculpture Richard Orlinski ». Par ailleurs, l’artiste dévoilera le 23 octobre une collection capsule avec The Kooples et travaille en parallèle sur la création d’une montre avec la maison d’horlogerie Hublot. A l’été 2018, Richard Orlinski exposera une œuvre inédite, de plus de 12 mètres de haut, sur la célèbre place Vendôme. A travers son ouvrage « Pourquoi j’ai cassé les codes » l’artiste explique pourquoi il a dû réinventer les codes de ce milieu élitiste qui ne l’attendait pas. En décidant de toucher le plus grand nombre, et en s’adressant à tous, l’artiste a su se faire un nom dans le milieu pourtant très exclusif de l’art contemporain. « Dans mon livre je ne dévoile pas mes secrets, je donne des conseils, les raccourcis qu’il faut prendre pour aller droit vers la réussite. Mon but ultime est de transmettre mon énergie à tous mes lecteurs qu’ils soient petits ou grands. Tout est possible quand on est ambitieux et que l’on travaille avec acharnement ». Sa devise? Savoir s’écouter et toujours suivre son instinct ! Pour ce qui y est des critiques, même si elles l’ont parfois déstabilisé à ses débuts, Richard Orlinski avance aujourd’hui serein. « Elles m’ont stimulé et m’ont permis d’avancer. Ce qui compte aujourd’hui c’est surtout le regard bienveillant et l’accueil positif que je reçois au quotidien. C’est la plus belle des récompenses. Mon art dérange 5% des gens, le reste est très heureux ».

Découvrez les œuvres de Richard Orlinski exposées au Majestic Barrière de Cannes jusqu’au 31 décembre 2017.