SO FOOD l’association qui a le cœur sur la main

C’est un travail acharné qui s’est déroulé pendant plus de 14 ans, et qui continue encore aujourd’hui. Un combat qui a été mené à travers la création d’ateliers, d’une ferme écologique mais qui a surtout été porté par une femme. Cette Wonder-Woman c’est Isabella Sallusti, qui il y a 15 ans a décidé de créer sa propre ferme afin d’oeuvrer à la promotion de la culture de la terre, mais aussi culinaire et artistique. Grâce à sa détermination et celle des bénévoles, l’association So Food a vu le jour en 2004. Son but, oeuvrer à la promotion d’une alimentation biologique à travers le monde.

Remontons le fil de l’histoire… Isabella Sallusti était alors une journaliste et une styliste parisienne, lorsqu’en 2002 elle décide de tout plaquer et de changer de vie. Elle part alors vivre dans le sud-est de la France avec ses quatre enfants. Là-bas, elle trouve une parcelle de terrain et commence ses premières permacultures. Qui sont à la fois un concept de vie, une philosophie mais surtout une méthode de conception et d’aménagement de systèmes de cultures inspirées de l’écologie naturelle. Cette approche permet d’obtenir une production nettement plus abondante de nourriture tout en restant sur de petites surfaces, et en remplacant le travail humain par celui de l’écosystème. À partir de 13 000 m2 de restanques, brutes, remplies de rochers et de mauvaises herbes, Isabella Sallusti va alors créer son jardin d’Eden qu’elle baptise « Graine & Ficelle ». Une terre qui n’aura reçu, et ne recevra, aucun traitement chimique car si notre agricultrice a bien compris une chose c’est qu’en travaillant avec la nature et non contre celle-ci, qu’on produit plus, en agissant moins.
Au fil des années, Isabella Sallusti a cultivé cet endroit en y mettant tout son coeur et son énergie afin de concevoir un endroit hors du temps qu’elle met à la disposition des citadins pris du mal de la ville. Son petit coin de tranquillité va alors devenir à la fois une exploitation agricole, une ferme découverte grâce à son système de permaculture, mais aussi des chambres et une table d’hôtes, qui font de cet endroit un lieu de vie extraordinaire pour les enfants et les invités qu’elle reçoit.

Une méthode thérapeutique et de réinsertion sociale

Jusqu’à aujourd’hui, la belle initiative de notre entrepreneuse a permis à plus de 5 000 personnes par an, qu’ils soient adultes ou enfants, de renouer avec la nature en apprenant des pratiques respectueuses de l’environnement. Mais ce n’est pas tout, entre 2008 et 2011, l’association a aussi aidé des personnes en difficulté à retrouver une place au sein de la société, de cette manière la ferme « Graine & Ficelle » a employé 4 salariés en réinsertion. Lancée dans cette initiative d’aide à la personne, Isabella Sallusti a décidé de soutenir les personnes souffrant d’un handicap. Ainsi des enfants atteints d’autisme ont pu s’éloigner, ne serait-ce qu’un moment, de la ville et venir s’apaiser auprès des animaux de la ferme. Les ateliers de jardinage au potager ont porté leurs fruits sur des enfants et des adolescents à tendances violentes, afin de s’apaiser et de garder un contrôle sur leur comportement impulsif. L’association a aussi pris à coeur d’aider des jeunes personnes hospitalisées en raison de leurs pathologies très lourdes à venir se soulager de leur traitement et de leur isolation du monde en les invitant, à découvrir à leur tour un univers plus chaleureux et rempli de beauté, en participant à la culture de la ferme.

“ Alors que les problèmes du monde deviennent de plus en plus complexes les solutions demeurent honteusement simples… ”
Bill Mollison

Essaimer l’initiative à travers le monde

Seulement l’envie d’aider de cette femme s’étend bien au-delà des frontières. Son but est de sensibiliser un large public citadin aux bienfaits d’une culture plus naturelle, d’oeuvrer pour un meilleur cadre de vie urbain et d’inciter à plus d’échanges intergénérationnels et interculturels. Parce qu’en soit la Terre est notre bien commun, et nous seuls devons oeuvrer à sa protection. C’est dans cette optique qu’en 2016, So Food est partie réaliser trois missions humanitaires au Cambodge. La première portait sur la création d’un jardin nourricier qui permettra d’alimenter plus de 1 800 élèves de l’école « Happy Chandara ». La deuxième quant à elle, poursuivait sur cette lignée en proposant une formation à la permaculture aux paysans voisins de cette école. Et enfin la troisième opération visait à apprendre une cuisine plus saine des aliments récoltés afin de conserver plus les longtemps les fruits et légumes du potager.

Désormais, l’association souhaite partir à la rencontre d’autres pays et de leurs traditions, encore une fois afin de promouvoir une meilleure culture et d’enrayer l’utilisation des pesticides. Si vous souhaitez soutenir cette très belle initiative, il suffit d’aller faire un tour sur leur site internet (www.sofood.eu) et de participer à la campagne de dons : « Les Jardins Nourriciers. »