dimanche 19 septembre 2021
Accueil Blog

Blazer : la pièce mode indispensable pour la rentrée

Qu’il soit oversize, imprimé ou uni, le blazer est un incontournable à avoir dans son dressing. Cette saison encore, il revient sur le devant de la scène et fait son grand retour dans nos tenues de rentrée. Voici notre sélection !

Quoi de mieux qu’un blazer pour révéler la working girl qui sommeille en nous ? Pour faire bonne impression dès le premier jour et montrer qu’on a de la prestance, il faut adopter un look chic et élégant. Et pour ça, le blazer est notre meilleur allié. Mais cette pièce indémodable, empruntée au vestiaire masculin, peut également apporter à notre tenue une touche décontractée et casual. Le blazer trouve sa place dans la garde robe des célébrités, comme la mannequin Inès de la Fressange ou encore l’influençeuse Léna Situations. Qu’importe les goûts, qu’importe le style, ce basique se décline en plusieurs coloris, motifs, matières et coupes… Lequel choisir et comment le porter ? On vous dit tout.

Le blazer classique uni

Pour celles qui ne veulent pas prendre de risque, le blazer noir ou bleu marine est gage de sécurité. Ces couleurs, monochromes et intemporelles, s’accordent facilement et perdurent dans le temps. Vous pouvez opter pour un modèle classique, comme la veste Christie Camel de Sézane ou le blazer Natasha d’APC. Si vous souhaitez avoir une tenue plus cintrée et travaillée, la veste Bar – pièce iconique de la maison Dior – est idéale. Alors que la saison automne/hiver arrive à grands pas, sa matière en velours vous tiendra chaud lors des premières fraîcheurs.

Le blazer à rayures

Optez pour un blazer à rayures si vous voulez dynamiser votre look. On a craqué pour la coupe masculine du blazer droit en laine et aux rayures d’Angleterre de Prada. Mais aussi pour le long blazer à rayures collège de Margareth&Moi. Ce motif phare s’associe parfaitement avec un jean boyfriend pour un look décontracté, un pantalon de costume pour une touche d’élégance ou encore un short cycliste pour le côté streetwear. Et pour les plus audacieux d’entre vous, n’ayez pas peur de mixer les imprimés !

Le blazer à carreaux

C’est l’un des plus prisés en ce moment. Si on l’apprécie autant, c’est pour le côté « school girl » qu’il dégage. Le blazer à carreaux s’invite une nouvelle fois dans nos placards et garde sa place dans nos tenues de rentrée préférées. Prince de Galles, tartan ou encore pied-de-poule… les déclinaisons sont nombreuses. Notre coup de coeur se tourne vers la veste à motif Check’n’Dior Tartan rouge de Dior pour son style écossais et romantique. Le blazer peut être assortis avec une jupe du même motif pour un total look à carreaux.

Veste sergé de laine à motif Check’n’Dior Tartan rouge, noir et blanc, 3 200 euros, collection prêt-à-porter automne 2021, Dior

Le blazer découpé

Chez Mugler, le blazer est revisité avec des découpes au niveau des hanches et des épaulettes larges. Cette pièce, pleine d’audace, souligne une silhouette masculine tout en gardant une touche sexy. Elle peut très bien s’associer avec un short moulant pour accentuer le côté féminin mais aussi un pantalon fluide pour le côté confortable.

Veste segmentée en laine, 1 690 euros, collection printemps-été 2021, Mugler

Le blazer en cuir

Très en vogue en ce moment, le blazer en cuir donne une touche ninities et rock à la tenue. En portant cette pièce, le but est de casser le côté classique et strict qu’ont généralement les blazers. La veste tournon de Céline répond à nos attentes : sa coupe droite et son esprit rétro font tout son charme. La veste de Dior donne aussi cet effet de cuir, mais elle est plus cintrée et souligne la silhouette. Le blazer en cuir peut très bien se porter avec un pull ou un crop top, un jean droit ou boyfriend, des baskets ou talons…

Le blazer cape

Original, confortable et élégant, le blazer cape continue de grimper les échelons dans les tendances du moment. Notre regard s’est posé sur la veste couture Twist de Dorothee Schumacher et ses épaulettes accentuées. Cette pièce peut autant se porter avec une jupe pour un look chic ou un jean pour un look casual. Si vous n’avez pas l’habitude de porter ce type de blazer, privilégier la couleur noire : il sera plus simple pour vous de l’habiller et l’accessoiriser.

Tailoring Twist Jacket, 595 euros, collection pré-automne 2021, Dorothée Schumacher

Le blazer flashy

Une tenue colorée fait tout de suite son effet. Et pour la rentrée, on se laisse tenter par une petite touche de folie avec un blazer flashy. Du bleu comme la veste Nael de Balzac, du jaune, du rose ou encore du vert… Toutes les couleurs sont bonnes à prendre. Pour une allure distinguée et soignée, on porte le blazer en ensemble, avec un pantalon droit de la même couleur.

Veste Naël, 160 euros, Balzac

Geneva Watch Days : le top 10 d’une nouvelle ère

Moment festif attendu par tous les acteurs du métier, les Geneva Watch Days ont donné à découvrir des pièces qui, si elles ne révolutionneront pas toutes le marché, ont au moins comme avantage de marquer le début d’une nouvelle ère. 

On l’a entendu sur place dans la bouche d’un grand nombre d’intervenants : « un monde horloger sans moments forts pour présenter les pièces est un univers désincarné où la dimension du luxe s’efface ». Suite à deux ans d’un monde vivant au ralenti, ce salon semblait comme une respiration après  avoir trop longtemps retenu son souffle. Etre présent s’imposait donc pour découvrir en chair et en os comme en métal et en rouages ce que les marques avait mis au point pour reconquérir un vrai public de passionnés. 

Baselworld à Genève

Réunies au centre de Genève dans les confortables suites des meilleurs hôtels afin de réduire le nombre de gens présents au même moment et au même endroit –Covid -19  oblige-, les marques investies dans ce salon ont eu à cœur de nous faire rêver. Alors oui, on est loin de la folie du salon de Baselworld qui, en 2019 encore et dans sa pire année, regroupait tout de même près de 520 exposants contre près de 2000 en 2011, attirait 81 000 visiteurs (-20% par rapport à 2018) et se développait sur près de 160 000 mètres carrés. La plupart des journalistes initialement conviés à leurs frais, mais pour la plupart invités et pris en charge par les marques , ont pu découvrir les nouveautés des entités présentes avec un œil sans doute un peu complaisant. Ils ont pu se rendre à l’embryon de Baselworld nouvelle génération et dans les hôtels où les attendaient d’autres acteurs du marché, bien décidés à s’émanciper des grandes structures institutionnelles que sont  Watches & Wonders (Richemont et associés) ou Baselworld (l’ancienne foire internationale de l’horlogerie et la joaillerie de Bâle qui tente de se relancer).  

Parmi la poignée des horlogers bien décidés à rester au sein de Bselworld, cette institution qui a porté le métier durant un tout petit peu plus d’un siècle, on notait la présence de la petite marque baptisée Claude Meylan. On la retient car elle a eu la bonne idée de faire dessiner ses montres féminines par une femme qui connaît bien le métier. Sobres, délicates, mécaniquement abouties et avec un travail du mouvement à même de séduire ces dames, ces petites références automatiques, abordables et ludiques se veulent un bijou horloger à la fois original, lisible et d’une taille raisonnable. L’autre pépite : Ludovic Ballouard, un indépendant créatif qui a enfin choisi de créer pour lui et non plus pour les autres. Un artisan doué à  suivre de près pour qui aime l’originalité mécanique. En dehors de ces deux petits indépendants, il ne fallait pas chercher merveilles car l’essentiel n’était que marketing horloger. 

Avoir la carte du trésor

Bernhard Lederer ; Central Impulse Chronometer

On retiendra qu’avant d’attaquer les Geneva Watch Days, il eut fallu organiser le périple pour rassembler les rendez-vous par hôtels, les lieux privilégiés de concentration des marques. Cela aurait évité au plus grand nombre de faire des kilomètres à pieds pour rejoindre leurs rendez-vous souvent situés aux opposés les uns des autres. Qu’importe, il faisait beau dans la ville de Calvin et, durant ce périple, s’est dessiné la carte des plus beaux produits avec tout de même une inquiétude : celle de ne pas parvenir à trouver 10 montres dignes d’être présentées dans ce sujet. 

Par chance, à l’entrée de l’hôtel Beau Rivage -l’un des plus chics de Genève avec son décor classique-, Bernhard Lederer, l’horloger indépendant spécialisé dans les garde-temps de très haute volée présentaient en compagnie de sa femme qui l’assiste en tout et pour tout, une merveille de sobriété et de technicité. Baptisée Central Impulse Chronometer, la pièce impose le respect à qui sait ce que représente de créer un échappement de précision à haut rendement. Editée en série très limitée, cette merveille de 44 mm de diamètre emporte un calibre ultra précis d’une rare élégance et surtout intégralement réalisé à la main avec passion par son inventeur.  A découvrir absolument pour mesurer combien ce qui est simple en apparence ne l’est pas systématiquement !

Mécaniques débridées 

  • Horlogerie Genève Watch Days
  • Horlogerie Genève Watch Days
  • Horlogerie Genève Watch Days
  • Horlogerie Genève Watch Days
  • Horlogerie Genève Watch Days

Dans les étages du même hôtel, il était possible de découvrir la nouvelle UR-100 Electrum d’Urwerk. Moins sobre mais toujours parfaite en matière de futurisme, cette pièce au boîtier en alliage d’or et d’argent abrite un calibre automatique dont le mode d’affichage laisse toujours perplexe, même les passionnés les plus aguerris en matière de mode de lecture originaux. Pas de doute, dans ce secteur, Felix Baumgartner, le co-fondateur de la marque est le maître. Soit dit en passant, la jeune maison Purnell que l’on sait passionnée par les tourbillons multi-axiaux mérite également l’attention en matière de bizarrerie mécanique.  Son modèle présenté dans son nouveau show room de Genève possède quelque chose d’hypnotique dans la giration de ses deux sphères contenant chacune un régulateur à tourbillon. Ceux qui cherchent quelque chose de plus clair en matière de construction, mais pas nécessairement de plus simple mécaniquement parlant, se sont rendu chez Sotheby’s pour se pencher sur la toute nouvelle et fascinante montre Tourbillon avec Trois Ponts Volants de la manufacture Girard-Perregaux. Incroyable de transparence, cette pièce dont le boîtier semble faire corps avec le mouvement est une pure merveille d’équilibre qui célèbre le talent de Constant Girard, le fondateur de l’entreprise au XIXème siècle et l’inventeur de ce type d’architecture minimaliste. Portés par l’idée de glaner chez les constructeurs historiques quelques merveilles de mécanique, Les amateurs se sont rendu les uns chez Arnold & Son, la plus anglaise des marques suisses pour découvrir la nouvelle édition de la Luna Magna avec cadran en Ruthénium et les autres chez Ferdinand Berthoud, la marque reprise par Kark Friedrich Scheufele de Chopard que l’on sait fasciné par cet horloger suisse devenu français après 1789. Dans un salon cosy, il était possible de découvrir le chronomètre FB 1R.6-1 proposé, cette année, dans des boîtiers évolutifs en fonction des goûts des acquéreurs.

Chic par destination 

  • Horlogerie Genève Watch Days
  • Horlogerie Genève Watch Days
  • Horlogerie Genève Watch Days

Dans un monde en quête d’un nouveau souffle, bien des maisons se retrouvent face au dilemme du choix : faire original au risque de déplaire ou rester sobre pour convaincre les adeptes attachés à une horlogerie de tradition. Pour ces derniers, Ulysse Nardin qui n’est pas la dernière des maisons à fabriquer des garde-temps aussi compliqués que bizarres avait choisi de consacrer ce salon à la tradition. Elle proposait une magnifique ligne de montres dans la collection Marine avec cadran en émail grand feu d’un bleu nuit d’une intensité à même de convaincre les noctambules de ne jamais revenir au grand jour. Majestueux, ces produits sobres et équilibrés célèbrent la passion de la marque pour la précision et l’univers nautique. Puissants avec la profondeur inimitable de l’émail, ils concurrençaient par leur intensité ceux très sobres proposés au sein de la collection Tonda PF par Guido Terreni, le nouveau patron de Parmigiani Fleurier. Incontestablement, ces nouveautés prouvent que le Nombre d’Or et la Divine Proportion sont deux réalités immatérielles à ne pas négliger dans la conception d’une montre. Elles lui garantissent de rester graver en mémoire d’un amateur en quête d’un instrument de mesure du temps doté d’un vrai charisme. Et, en la matière, la maison Bvlgari sait de quoi il retourne avec la fameuse collection Octo. La maison italienne proposait à l’hôtel de la Paix qui est un peu son fief depuis quelques années, une nouvelle Octo Roma dotée d’un mouvement incorporant la complication d’heure du monde (Worldtime). Utile pour les grands voyageurs, elle préfigure le retour à la vie normale et assurément le futur de la collection Octo Finissimo qui pourrait bien lancer, si elle tient compte de notre avis transmis à Jean Christophe Babin son CEO lors des Geneva Watch Days, de produire, pour mars 2022, une Octo Finissimo avec la complication d’heure universelle la plus fine du monde. 

L’APT Hublot Monaco Master : le tournoi ouvre ses portes

Cette année, Monaco accueille le neuvième tournoi de l’APT PADEL TOUR, du 13 au 19 septembre. La compétition peut enfin commencer !

A vos raquettes. C’est sur les terrasses du Soleil du Casino de Monte-Carlo que se déroulera l’APT Hublot Monaco Master, du 13 au 19 septembre. En collaboration avec la Société des Bains de Mer et le Casino de Monte-Carlo, cet événement reçoit de nombreux partenaires prestigieux : Hublot comme Partenaire Titre, CFM Indosuez et Monacair comme partenaires premium mais aussi des partenaires de circuit renommés comme Babolat, Royal Padel ou encore Vitamin Well.

Le site web de l’APT diffusera la programmation des matchs avant même que la compétition commence. Les matchs du tableau principal se joueront sur l’installation du court central du Casino de Monte-Carlo tandis que les matchs de qualification auront lieu au Tennis Padel Soleil à Beausoleil.

Et pour les plus sportifs d’entre vous, il est possible de louer le terrain du 6 au 12 septembre. L’occasion de jouer au Padel dans un endroit emblématique de la Principauté.

LOCATION
De 9h00 à 21h00 (dernière entrée à 19h30). Durée 1H30.
Prix 100 euros
Serviette – 5 euros par personne
Réservation https://tennispadelsoleil.matchpoint.com.es/Login.aspx +33 4 93 78 06 41
Paiement : Carte de crédit / Espèces

Vivre l’éclipse solaire en Antarctique

S aviez-vous que le 4 décembre prochain, aura lieu la 14ème éclipse totale du Soleil du XXIème siècle ? Ce phénomène astronomique se produit lorsque la Lune vient se placer devant le Soleil, l’occultant alors totalement et le rendant invisible de la Terre. Malheureusement pour tout un chacun, cet opus 2021 ne sera visible que de l’Atlantique Sud, de l’extrême sud du Pacifique et de l’Antarctique occidental, des régions parmi les plus reculées de la planète. Mais la prochaine éclipse totale n’aura lieu que le 8 avril 2024, alors pourquoi attendre ?

Pour ce faire, la compagnie Ponant a imaginé un voyage tout simplement exceptionnel à bord du tout premier navire de haute exploration polaire hybride électrique, baptisé Commandant Charcot en hommage au célèbre explorateur polaire français mort en mer en 1936. En effet, explorer les coins les plus inhospitaliers de la planète en navigant dans les eaux les plus préservées du monde demande la plus grande attention. Ainsi le Commandant Charcot embarque le meilleur des toutes dernières technologies vertes. Hybride électrique, il est propulsé au Gaz Naturel Liquéfié. 100% des déchets sont triés à bord tout comme le traitement des eaux usées. Rien n’a été laissé au hasard. C’est à bord de ce navire aussi luxueux qu’écoresponsable que vous partirez le 30 novembre 2021, à la découverte de l’énigmatique mer de Weddell, jusqu’ici quasiment inexplorée puisqu’elle est presque entièrement glacée en permanence. Cette mer abrite entre autres, la très connue ‘Colonie de Halley’ qui accueille la seconde plus grande colonie de manchots empereurs au monde (après celle de Cap Washington en Terre Victoria, avec jusqu’à 25.000 couples venant s’y reproduire chaque année.

C’est de Ushuaia, la capitale de la Terre de Feu en Argentine, que se fera le grand départ pour 15 jours de merveilleuses aventures et de découvertes. Cap vers la Mer de Weddell, l’une des seules zones au monde où l’éclipse sera parfaitement visible. Pour cela, le Commandant Charcot empruntera le mythique passage de Drake qui sépare l’extrémité sud de l’Amérique du Sud et l’Antarctique, entre le cap Horn en Terre de Feu et les îles Shetland du Sud. Cette voie navigable, reliant l’océan Pacifique à l’océan Atlantique, impressionne par ses dimensions, avec sa largeur de 1 000 km, rien de moins que la distance entre Paris et Nice. Une fois en mer de Weddell, vous accosterez sur la banquise, qui vous servira de cadre unique pour assister à l’éclipse, le 4 décembre. Là-bas le soleil ne se couche jamais vraiment, il faudra donc attendre l’évènement astronomique pour que l’obscurité tombe enfin sur le grand Continent Blanc. «Le navire sera positionné au cœur de la glace de mer, où le blanc immaculé crée une zone de haute pression qui permettra un ciel plus clair. Les passagers auront ainsi le privilège d’assister à ce phénomène rare depuis la banquise», explique Nicolas Dubreuil, expert des expéditions polaires et tropicales et directeur du développement durable de la compagnie.

Le Commandant Charcot accueillera également à bord toute une équipe de guides naturalistes et des scientifiques qui étudieront sur place le phénomène naturel et effectueront des prélèvements d’eau afin de mieux mesurer l’impact de l’homme sur cette région. Ils accompagneront et guideront par la même occasion les heureux passagers de la croisière. Puis vous repartirez pour le nord de la péninsule Antarctique, vers un haut lieu de l’exploration polaire : les plateformes de Larsen. C’est ainsi que l’on nomme l’imposante barrière de glace aux proportions titanesques constituée d’immenses icebergs tabulaires (blocs de glace appelés ainsi en raison de leur forme plate). Cette dernière est le prolongement sur la mer de l’indlansis (nom donné à la nappe de glace qui recouvre la terre ferme de l’Antarctique). Bien que les conditions de vie y soient particulièrement éprouvantes, la Mer de Weddell et la péninsule Antarctique abritent une faune particulièrement variée. Aussi peut être aurez-vous la chance de découvrir et d’observer les individus d’une des espèces iconiques de la région : les phoques de Weddell, les baleines, les phoques crabiers ou léopards, ou encore les manchots Adélie ? « Il s’agit d’un voyage unique dans une vie, porteur de sens pour les futurs passagers qui prendront toute la mesure de l’importance de préserver cet espace incroyable » termine Nicolas Bubreuil.

Croisière « Eclipse totale en mer de Weddell » 15 jours/14 nuits
Du 30 novembre au 14 décembre
A partir de 15 890 €

www.ponant.com

Bang & Olufsen x Berluti Deux savoir-faire d’exception

Lorsque deux grands noms du luxe s’associent, comme le spécialiste de l’équipement audio haut de gamme Bang&Olufsen et le célèbre bottier parisien Berluti, le résultat ne se fait pas attendre. Les créations nées de ce partenariat réinventent six des produits iconiques de la marque danoise, habillés pour l’occasion du fameux cuir Venezia indissociable des souliers Berluti. Une collaboration qui dépasse toutes les attentes en matière d’excellence et qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

Saviez-vous que Bang & Olufsen était le fruit de la rencontre entre deux passionnés de son. En effet les jeunes Peter Bang et Svend Olufsen créent la marque danoise en 1925 au Danemark et font leurs premières expériences de radio branchée sur secteur dans le grenier de la propriété des parents de ce dernier. Leur crédo, des produits simples à utiliser mais au design et à la qualité irréprochables. Près d’un siècle plus tard, Bang & Olufsen est une marque incontournable de l’ensemble de l’univers audio haut de gamme. Depuis sa création, cette dernière fait appel à des designers extérieurs et développe quelques partenariats d’exception comme avec Xbox l’an dernier. Tout comme Berluti qui n’en n’est pas à son coup d’essai. En effet, la marque de souliers s’est déjà associée plusieurs fois avec d’autres grands noms du luxe comme en 2015 avec la Maison de Champagne Krug ou encore depuis 2017 avec la marque horlogère Hublot. Fondée en 1895 par Alessandro Berluti et développée par quatre générations de bottiers talentueux, la Maison Berluti fait rayonner à travers le monde l’excellence de son savoir-faire artisanal et de ses créations. La marque doit notamment sa renommée au légendaire cuir Venezia (créé par Olga Berluti qui a ellemême imaginé dans les années 80 cette technique de tannage inédite),
au travail de la patine de couleur et de ses infinies déclinaisons, ainsi qu’à la créativité de ses créations. La collection née de ce partenariat comprend trois produits nomades, et une enceinte pour la maison. Petit tour d’horizon :

Enceinte Beosound A1 2nd Gen Édition Berlut

Beosound A1 2nd Gen. avec Berluti

Cette deuxième génération d’enceinte portable Bluetooth de Bang & Olufsen qui résiste à l’eau et à la poussière a été primée pour ses performances. Elle offre une autonomie maximale de 18h, un son puissant et omnidirectionnel à 360°, l’assistant Alexa intégré et trois microphones. Elle s’habille d’un grand logo Berluti sur le dessus, et d’un élégant cordon de cuir brun Berluti pour le coté nomade

Casque Beoplay H95 Édition Berluti

Beoplay H95 avec Berluti

Voici le casque sans fil le plus luxueux de la marque danoise. Présenté l’an dernier, il offre une qualité sonore tout simplement exceptionnelle et jusqu’à 38 heures d’autonomie. La maroquinerie du casque est composée de cuir Venezia, recouvert d’une patine TDM Intenso et embossé du logo de la marque. Les disques en aluminium arborent le logo Berluti à gauche et Bang & Olufsen à droite.

Pochette Berluti pour casque ou enceinte

Pochette Berluti

Du coup pour transporter l’enceinte ou le casque, Berluti a imaginé une très belle pochette sur mesure confectionnée dans la toile Signature de la Maison et arborant une étiquette de cuir Venezia patiné. So chic !

Enceinte Beosound Balance Édition Berluti

Beosound Balance avec Berluti

L’enceinte ovni de Bang & Olufsen, véritable icône de design est ainsi revisitée pour un style inimitable. Véritable condensé de technologie, cette dernière cache en son cœur cylindrique sept haut-parleurs soigneusement positionnés, équipés de la technologie de formation de faisceaux, qui offrent le choix entre un son profond, et enveloppant ou une directivité acoustique précise pour une expérience immersive. Son socle de bois est ici habillé de cuir Venezia patiné à la main.

Cette collection Bang & Olufsen x Berluti compte également deux articles d’exception pour la maison réalisés sur commande: l’enceinte Beolab 90 (avec ses 8 200 watts et son socle habillé du cuir Venezia de Berluti avec une patine TDM Intenso) et le téléviseur Beovision Harmony (dont les hauts parleurs sont habillés également de cuir Venezia) La collection est disponible dans les boutiques Berluti et Bang & Olufsen sélectionnées, et sur les e-shops des deux marques.

The Brando, un paradis naturel hors du temps

« Tout ce que je veux, c’est être fou » a déclaré Marlon Brando. Eh bien, c’est sûrement cette folie qui l’a poussé vers Tetiaroa, un minuscule atoll paradisiaque de 6 kilomètres carrés, à quelques encablures au nord de Tahiti, devenu aujourd’hui un superbe éco-complexe de luxe, pionnier en matière de développement durable et de protection de l’environnement.

« Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants… »

Antoine de Saint-Exupéry

C’est en 1960, au cours du tournage du film « Les Révoltés du Bounty », que l’acteur découvre avec émerveillement, les 13 îlots (motus en tahitien) de Tetiaroa. Pour l’anecdote, ce dernier aurait d’ailleurs accueilli en 1789, trois des fameux déserteurs du Bounty. Brando rencontre par la même occasion, la belle actrice polynésienne Tarita Teriipaia, également à l’affiche du long métrage et en tombe éperdument amoureux. Deux coups de cœur plus tard, il devient l’époux comblé de cette dernière ainsi que l’heureux propriétaire, et ce pour 99 ans, de son paradis perdu au cœur des Iles du Vent. Pour cet ancien refuge enchanteur de la famille royale tahitienne, Marlon Brando a un rêve un peu fou. Celui d’en faire un véritable sanctuaire, à la fois autosuffisant et respectueux de la nature et de l’écosystème du lagon qui l’entoure.

Il y accueillerait au compte-goutte, les voyageurs en quête de plénitude et de sérénité, mais également tous ceux qui souhaiteraient venir y étudier la faune et la flore de l’écosystème de l’atoll et de l’océan Pacifique. Une vision totalement avant-gardiste pour l’époque. Mais on ne s’improvise pas hôtelier. Et c’est pour cela qu’en 1999, afin de donner vie à son projet, il se tourne vers Richard Bailey, le PDG du groupe hôtelier Pacific Beachcomber. Le groupe n’en est pas à son coup d’essai. En effet, Richard Bailey est un véritable pionnier en matière d’écologie et de développement durable. Connu et reconnu pour ces valeurs, la protection de l’environnement est au centre de ses préoccupations et ce dans chacun de ses projets. Le groupe peut d’ailleurs s’enorgueillir de sept établissements d’exception en Polynésie Française, tous profondément engagés dans la gestion durable.

Mais il faudra attendre 2014, soit dix ans après la mort de l’acteur, pour que ce merveilleux projet, baptisé The Brando, voit le jour, sous l’impulsion de Richard Bailey et de son bras droit Philippe Brovelli. Fidèles à l’esprit visionnaire de l’acteur mais aussi à son testament qui précise que Tetiaroa doit impérativement continuer à contribuer à la préservation de l’environnement et à son étude, les deux hommes, ont imaginé un complexe écotouristique exceptionnel en tous points. Tout a été pensé et réfléchi afin de respecter et de protéger l’atoll de Tetiaroa. Les 35 villas et les aménagements de The Brando comme le Spa, les deux bars ou les trois restaurants, se dressent sur le motu Onetahi tandis que les autres îlots qui abritent des centaines d’espèces animales et végétales endémiques sont laissés à l’état naturel et classés en « zone protégée ». The Brando est l’un des établissements les plus respectueux du monde et se veut précurseur en la matière. L’électricité qui alimente le complexe provient des quelques 4000 panneaux solaires installés sur l’île ainsi que de générateurs nourris à l’huile de coprah (provenant de la noix de coco). De son côté, la climatisation utilise une technologie absolument novatrice, dite par eau de mer SWAC (See Water Air Conditionning). Ce système écoresponsable résulte d’un ingénieux échangeur thermique refroidi par la récupération de l’eau de mer très froide des profondeurs de l’océan Pacifique. L’autonomie en eau est quant à elle assurée grâce à la récupération des eaux de pluie et des eaux souterraines mais également par une unité de désalinisation. Autant d’engagements qui font que le bilan carbone de The Brando est proche de 0. Un exploit remarquable et encore plus pour un complexe hôtelier. Conformément au souhait de Marlon Brando et du Groupe Pacific Beachcomber, ce dernier abrite également une éco station chargée d’accueillir sur l’atoll des chercheurs du monde entier venus étudier l’acidification des océans ou encore la protection de la faune et de la flore. The Brando a d’ailleurs lié un partenariat avec la célèbre Université de Berkeley aux États Unis pour que leurs chercheurs puissent venir sur place afin de mener à bien leurs études. Le complexe se positionne clairement comme un établissement pionnier en matière d’écologie et de recherche sur la protection des océans, de la faune marine et des coraux.

Au-delà de ces valeurs profondes qui sont la quintessence même de son ADN, The Brando offre un cadre idyllique qui comble chacun de nos cinq sens d’émerveillement et de ravissement. Imaginé par l’architecte Pierre-Jean Picard à qui l’on doit également le superbe Intercontinental Moana de Bora Bora et le décorateur Gilles Leborgne, le complexe met à l’honneur le savoir-faire et la culture traditionnelle polynésienne et ce jusque dans les moindres détails. Les villas dévoilent des murs en bois et des toits recouverts de feuilles de pandanus et s’ouvrent largement sur des jardins luxuriants entre cocotiers et « miki miki », cet arbuste indigène propre aux archipels. Elles disposent chacune, en outre, d’une baignoire extérieure, véritable invitation au délassement. Côté restauration, vous aurez l’embarras du choix avec pas moins de trois tables (qui sont d’ailleurs alimentées par le potager et le verger bios créés sur l’île). Du restaurant les pieds dans le sable, le Beachcomber Café, à la table gastronomique, Les Mutinés aux plats délicats et originaux imaginés par le Chef Pierre Lecorne, en passant par le Nami Teppanyaki pour les amateurs de saveurs japonaises, vos papilles seront chouchoutées. Et que dire du superbe cocoon tout de bois vétu du Varua Te Ora Polynesia Spa ? Une authentique oasis holistique nichée à 6m de sol et dédiée aux savoir-faire polynésiens.

Marlon Brando aurait été fier de voir son rêve prendre ainsi vie et contribuer au futur de notre belle planète.

Teti’aroa Private Island,
98702 Arue, Polynésie française. Tél. : +689 40 86 63 00.

Bugatti Chiron By Hermes

C’est l’histoire d’un milliardaire passionné, d’une prodigieuse voiture française et du plus célèbre maroquinier de l’hexagone. Le trio a créé la Bugatti Chiron habillée par Hermès.

Ce n’est pas la première fois que les deux entreprises françaises de luxe se retrouvent sur un même projet. Avant la Première Guerre mondiale, Ettore Bugatti avait commandé des selles à Émile-Maurice Hermès (petit-fils du fondateur, Thierry Hermès). Plus tard, le cuir de la célèbre marque parisienne a été utilisé à bord des voitures de course Bugatti dans les années 1920. En 2008, Bugatti a rendu hommage à cette longue relation avec la Bugatti Veyron Fbg par Hermès, associant les performances techniques de Bugatti et le savoir-faire artisanal d’Hermès. Manny Khoshbin, l’heureux propriétaire de cette Chiron très spéciale et initiateur du projet a déclaré : “Lorsque j’ai vu la Chiron pour la première fois en 2015, j’ai directement réservé un créneau de construction. Je suis un vrai fan de la marque. J’aurais voulu appeler mon fils Ettore, mais ma femme n’était pas d’accord.” Manny Khoshbin s’est offert un authentique joyau, car quiconque apprécie Bugatti sait que posséder un modèle sortant des ateliers de Molsheim est l’assurance d’avoir entre les mains l’une des plus incroyables hypersportives du moment. Mais pour certains, il faut aller plus loin, beaucoup plus loin…

Il fallait cet américain passionné par le luxe à la française et réunir ces deux enseignes prestigieuses pour obtenir ce sublime cocktail où la Bugatti Chiron dévoile ici une personnalité inédite. Lors du processus de création qui s’est étiré sur plusieurs années, la Bugatti Chiron s’est métamorphosée sans pour autant s’éloigner de ses fondamentaux. Le résultat est une Chiron unique et intemporelle où élégance ultime et hautes performances s’unissent pour transformer le rêve d’un homme en réalité. En admirant la “Chiron habillé par Hermès”, on s’aperçoit que cette hypersportive réalisée à la main est unique à presque tous les niveaux. À l’intérieur par exemple, la “Chiron habillé par Hermès”, utilise des matériaux fabriqués presque exclusivement par Hermès. La partie Craie représente le cuir des sièges, de la console centrale, de la ligne de signature intérieure, du panneau de toit et du panneau arrière, ainsi que le tissu des poignées de porte. Le cuir Écru, spécialement développé par Bugatti, est utilisé pour le tableau de bord, la climatisation et la console centrale, et vient s’associer à la teinte Craie de la carrosserie, ainsi que les tapis de couleur Beige. Les matériaux Hermès originaux ornés du motif “Courbettes et Cabrioles” habillent également l’intérieur de la Chiron, notamment la plaque et le plateau de la console centrale ainsi que les panneaux de porte. Un exercice de style remarquablement exécuté capable de rouler à plus de 350 km/h.

  • Automobile Bugatti Chiron by Hermes
  • Automobile Bugatti Chiron by Hermes

Si Manny Khoshbin n’a pu appeler son fils Ettore, nous avons pensé qu’il pourrait lui offrir une adorable Bugatti Baby Car. Conçu pour célébrer le 110e anniversaire de la marque, ce véhicule est important non seulement pour faire vivre l’histoire de Bugatti, mais aussi pour inspirer une nouvelle génération de jeunes passionnés. Un joli clin d’œil à la Type 35 originale des années 1920.

BMW R 18 L’alliance entre tradition et modernité

Avec le lancement de la BMW R18, BMW Motorrad signe de manière magistrale son entrée sur le segment des cruisers.

Comme aucune autre moto BMW avant elle, ce modèle s’inscrit dans la plus pure tradition des motos BMW historiques, tant sur le plan technique que sur celui du style de conception. La R18 reprend les codes stylistiques et les qualités techniques de ses illustres prédécesseurs, et notamment ceux de la BMW R5. La conception de ce cruiser marque un retour à l’essentiel : technique sobre, moteur boxer comme épicentre du plaisir de pilotage, et savant dosage de « bonnes vibrations ». Avec son design classique et sa technique d’une modernité sans équivoque, la nouvelle R18 est un modèle fascinant qui séduit tant par son élégance raffinée que par ses performances exceptionnelles ; une moto conçue pour une expérience de pilotage riche en émotions.

« Big Boxer »

La pièce maîtresse de la nouvelle BMW R18 est incontestablement son moteur bicylindre à plat de conception nouvelle, le plus puissant de tous les temps avec un couple abondant. Aussi impressionnant par sa taille que par sa technique, le flat-twin baptisé « Big Boxer » s’inscrit dans la tradition des moteurs boxer refroidis par air qui, depuis les débuts de la production de motos par BMW Motorrad en 1923, se caractérisent par une expérience de pilotage unique.

Doté de la plus grosse cylindrée jamais atteinte sur une moto de la gamme BMW (1802 cm3), le boxer bicylindre développe 91 ch à un régime de 4 750 tr/mn et peut instantanément délivrer un couple supérieur à 150 Nm dans la plage comprise entre 2000 et 4000 tr/ mn. La Moto offre ainsi une accélération vigoureuse associée à une signature sonore riche en émotions.

Harmonie et ergonomie

Dans le plus pur style BMW Motorrad, la nouvelle R 18 dispose de repose-pieds en position centrale, pour un pilotage en toute décontraction. Cette position des repose-pieds derrière les cylindres, classique chez BMW, offre une assise confortable tout en permettant au pilote de garder en toute circonstance un contrôle optimal de la moto. La nouvelle R 18 dispose de série de trois modes de conduite, Rain , Roll et Rock, pour adapter la conduite aux préférences du pilote, ce qui constitue une rareté sur ce segment. Les équipements fournis de série comprennent le système antipatinage ASC qui accroit sensiblement la sécurité (système désactivable), et la fonction de régulation du couple de frein moteur (MSR). Parmi les nombreuses autres options disponibles, la moto peut être équipée de l’assistant de marche arrière conçu pour faciliter les manœuvres de stationnement et de la fonction Hill Start Control pour les démarrages en côte.

Un style iconique

La R 18 transpose habilement le style iconique d’autrefois à notre époque et, dans de nombreux détails, elle conserve un design puriste qui a été influencé avant tout par des classiques tels que la BMW R5. Les éléments fonctionnels caractéristiques du modèle, comme le cadre à double berceau, le réservoir en forme de goutte d’eau, l’arbre de transmission apparent ou encore la peinture ornée de doubles liserés (option) rappellent le légendaire Boxer de 1936. À l’instar des classiques de la marque, les éléments de la carosserie sont en métal. Sur le plan visuel, avec son bras oscillant à deux branches et son amortisseur cantilever, le concept de cadre rigide de la BMW R5 a été transposé à l’époque moderne.

R 18 First Edition

Dés son lancement, la nouvelle R 18 est proposée partout dans le monde dans une déclinaison « First Edition ». Cette version combine le style de la R 18 à des éléments exclusifs peints dans une teinte classique noire ornée de doubles liserés blancs. Ce design se pare également de nombreuses surfaces chromées, d’un badge de selle et d’un insert chromé « First Edition » sur les flancs. Le programme de personnalisation BMW Motorrad propose une vaste sélection d’équipements permettant d’adapter la R 18 aux goûts de chacun. Cette magnifique moto, icône de la firme allemande, est actuellement proposée aux alentours de 23 000 Euros.

Esurf R la nouvelle génération de planche de surf électrique

Le surf vous fait envie depuis un moment déjà, mais vous n’osez pas vous lancer ? Pourquoi ne pas vous laisser tenter par l’innovante planche Esurf R aussi bien destinée aux riders confirmés qu’aux jeunes curieux. De quoi révolutionner le domaine du sport nautique.

© EKart

En effet, cette dernière n’est rien de moins que la planche de surf électrique la plus puissante et la plus légère du marché. Entièrement alimentée à l’énergie électrique, cette planche de surf motorisée offre tout de même une autonomie de 45 min, une vitesse de pointe de 64 km/h, le tout pour un poids total batterie incluse de 24 kg. A l’origine de cette dernière, il y a un rider plus que confirmé puisqu’il s’agit de Flavien Neyertz, double Champion du Monde de Surf Motorisé. Mais ce dernier est aussi et surtout à l’origine de la discipline par elle-même ! Retour sur la genèse d’un succès programmé…

Originaire de Biot, et passionné depuis tout petit par la glisse en tous genres, il pratique entre autres avec ferveur le jet à bras et le wakeboard. Mais c’est le hasard qui met sur sa route le surf motorisé, grâce à sa rencontre sur un lac avec Martin Sula, un ingénieur tchèque spécialisé dans le développement des moteurs de Formule 1, qui avait fabriqué, pour son propre plaisir, une planche motorisée. Lors d’un de ses essais, Flavien l’aperçoit et est immédiatement convaincu du potentiel de ce nouveau marché. Il mettra plus de deux ans à le convaincre de commercialiser son concept ! Parallèlement à cela, il met en place la Fédération Internationale de Surf à Moteur. Le Championnat du Monde voit le jour dans la foulée. Pratiquant acharné, il décroche le double titre de champion du monde en 2013/2014 et 2014/2015. Mais Flavien ne veut pas en rester là. En effet, l’impact du surf motorisé thermique sur l’environnement le dérange. Profondément engagé dans la préservation des océans, il veut créer un surf motorisé 100% électrique, zéro pollution et zéro bruit.

C’est donc à Monaco, où le jeune homme a réalisé une partie de ses études, qu’il choisit d’installer sa société de technologies avant-gardistes Cobalt, spécialisée dans la motorisation électrique et la fabrication de batteries. La conception de l’Esurf R a demandé pas moins de deux longues années de recherche et développement aux ingénieurs passionnés de la société Colbalt. Grace à une large gamme d’accessoires, l’Esurf peut également se transformer en EKart des mers (une activité nautique totalement inédite) ou en Esurf Tube (avec une augmentation de la flottabilité pour un usage plus facile) et ce en seulement quelques minutes. Fabio Quartararo (le pilote Yamaha Moto GP) et Sébastien Jondeau (le créateur de mode de Fendi & Lagerfeld) sont déjà conquis. Enfin, toujours dans une démarche responsable, pour chaque vente de planche Esurf R, un don sera effectué à La Fondation Princesse Charlène de Monaco.

Premium Radio, votre nouvelle radio en French Riviera et à Monaco

Depuis le 1erjuillet dernier, les auditeurs de Monaco, Menton, Nice, St-Tropez et Cannes peuvent découvrir une nouvelle station active en DAB+ baptisée Premium Radio. Cette dernière, basée en Principauté, est le fruit de l’esprit précurseur de son fondateur, Raphaël Warny.

Ce jeune belge à qui l’on doit déjà plusieurs projets radiophoniques en Belgique et au Grand-Duché s’est en effet lancé le défi d’imaginer la station qui séduira les jeunes entrepreneurs et les esprits novateurs.  Pour ce faire, outre les rendez-vous habituels d’informations internationales, régionales et locales, Premium Radio propose d’originales émissions parlant business, lifestyle, tendances abordant également le développement personnel ou encore la reconversion professionnelle. La musique n’est bien sûr pas en reste puisque la programmation fait la part belle aux hits d’hier et d’aujourd’hui. De même, Premium Radio est également présente sur le web via son site, via RadioPlayer France mais aussi les réseaux sociaux, aujourd’hui indissociables de tous médias. 

Premium Radio fera sa rentrée le 13 septembre prochain. En plus des rendez-vous déjà en place avec Franck Rocca – coach de renom, la station accueillera divers podcasteurs professionnels. Parmi eux, sport – santé – nutrition, anti-brouillard, ou le podcast très suivi mettant en avant la glisse et le sport outdoor, Mordu, Le Podcast.