dimanche 19 septembre 2021

The Brando, un paradis naturel hors du temps

Je partage

« Tout ce que je veux, c’est être fou » a déclaré Marlon Brando. Eh bien, c’est sûrement cette folie qui l’a poussé vers Tetiaroa, un minuscule atoll paradisiaque de 6 kilomètres carrés, à quelques encablures au nord de Tahiti, devenu aujourd’hui un superbe éco-complexe de luxe, pionnier en matière de développement durable et de protection de l’environnement.

« Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants… »

Antoine de Saint-Exupéry

C’est en 1960, au cours du tournage du film « Les Révoltés du Bounty », que l’acteur découvre avec émerveillement, les 13 îlots (motus en tahitien) de Tetiaroa. Pour l’anecdote, ce dernier aurait d’ailleurs accueilli en 1789, trois des fameux déserteurs du Bounty. Brando rencontre par la même occasion, la belle actrice polynésienne Tarita Teriipaia, également à l’affiche du long métrage et en tombe éperdument amoureux. Deux coups de cœur plus tard, il devient l’époux comblé de cette dernière ainsi que l’heureux propriétaire, et ce pour 99 ans, de son paradis perdu au cœur des Iles du Vent. Pour cet ancien refuge enchanteur de la famille royale tahitienne, Marlon Brando a un rêve un peu fou. Celui d’en faire un véritable sanctuaire, à la fois autosuffisant et respectueux de la nature et de l’écosystème du lagon qui l’entoure.

Il y accueillerait au compte-goutte, les voyageurs en quête de plénitude et de sérénité, mais également tous ceux qui souhaiteraient venir y étudier la faune et la flore de l’écosystème de l’atoll et de l’océan Pacifique. Une vision totalement avant-gardiste pour l’époque. Mais on ne s’improvise pas hôtelier. Et c’est pour cela qu’en 1999, afin de donner vie à son projet, il se tourne vers Richard Bailey, le PDG du groupe hôtelier Pacific Beachcomber. Le groupe n’en est pas à son coup d’essai. En effet, Richard Bailey est un véritable pionnier en matière d’écologie et de développement durable. Connu et reconnu pour ces valeurs, la protection de l’environnement est au centre de ses préoccupations et ce dans chacun de ses projets. Le groupe peut d’ailleurs s’enorgueillir de sept établissements d’exception en Polynésie Française, tous profondément engagés dans la gestion durable.

Mais il faudra attendre 2014, soit dix ans après la mort de l’acteur, pour que ce merveilleux projet, baptisé The Brando, voit le jour, sous l’impulsion de Richard Bailey et de son bras droit Philippe Brovelli. Fidèles à l’esprit visionnaire de l’acteur mais aussi à son testament qui précise que Tetiaroa doit impérativement continuer à contribuer à la préservation de l’environnement et à son étude, les deux hommes, ont imaginé un complexe écotouristique exceptionnel en tous points. Tout a été pensé et réfléchi afin de respecter et de protéger l’atoll de Tetiaroa. Les 35 villas et les aménagements de The Brando comme le Spa, les deux bars ou les trois restaurants, se dressent sur le motu Onetahi tandis que les autres îlots qui abritent des centaines d’espèces animales et végétales endémiques sont laissés à l’état naturel et classés en « zone protégée ». The Brando est l’un des établissements les plus respectueux du monde et se veut précurseur en la matière. L’électricité qui alimente le complexe provient des quelques 4000 panneaux solaires installés sur l’île ainsi que de générateurs nourris à l’huile de coprah (provenant de la noix de coco). De son côté, la climatisation utilise une technologie absolument novatrice, dite par eau de mer SWAC (See Water Air Conditionning). Ce système écoresponsable résulte d’un ingénieux échangeur thermique refroidi par la récupération de l’eau de mer très froide des profondeurs de l’océan Pacifique. L’autonomie en eau est quant à elle assurée grâce à la récupération des eaux de pluie et des eaux souterraines mais également par une unité de désalinisation. Autant d’engagements qui font que le bilan carbone de The Brando est proche de 0. Un exploit remarquable et encore plus pour un complexe hôtelier. Conformément au souhait de Marlon Brando et du Groupe Pacific Beachcomber, ce dernier abrite également une éco station chargée d’accueillir sur l’atoll des chercheurs du monde entier venus étudier l’acidification des océans ou encore la protection de la faune et de la flore. The Brando a d’ailleurs lié un partenariat avec la célèbre Université de Berkeley aux États Unis pour que leurs chercheurs puissent venir sur place afin de mener à bien leurs études. Le complexe se positionne clairement comme un établissement pionnier en matière d’écologie et de recherche sur la protection des océans, de la faune marine et des coraux.

Au-delà de ces valeurs profondes qui sont la quintessence même de son ADN, The Brando offre un cadre idyllique qui comble chacun de nos cinq sens d’émerveillement et de ravissement. Imaginé par l’architecte Pierre-Jean Picard à qui l’on doit également le superbe Intercontinental Moana de Bora Bora et le décorateur Gilles Leborgne, le complexe met à l’honneur le savoir-faire et la culture traditionnelle polynésienne et ce jusque dans les moindres détails. Les villas dévoilent des murs en bois et des toits recouverts de feuilles de pandanus et s’ouvrent largement sur des jardins luxuriants entre cocotiers et « miki miki », cet arbuste indigène propre aux archipels. Elles disposent chacune, en outre, d’une baignoire extérieure, véritable invitation au délassement. Côté restauration, vous aurez l’embarras du choix avec pas moins de trois tables (qui sont d’ailleurs alimentées par le potager et le verger bios créés sur l’île). Du restaurant les pieds dans le sable, le Beachcomber Café, à la table gastronomique, Les Mutinés aux plats délicats et originaux imaginés par le Chef Pierre Lecorne, en passant par le Nami Teppanyaki pour les amateurs de saveurs japonaises, vos papilles seront chouchoutées. Et que dire du superbe cocoon tout de bois vétu du Varua Te Ora Polynesia Spa ? Une authentique oasis holistique nichée à 6m de sol et dédiée aux savoir-faire polynésiens.

Marlon Brando aurait été fier de voir son rêve prendre ainsi vie et contribuer au futur de notre belle planète.

Teti’aroa Private Island,
98702 Arue, Polynésie française. Tél. : +689 40 86 63 00.

Je partage

Dernières tendances