vendredi 30 septembre 2022

Paris Match dévoile les trésors et palmes de la Riviera

Je partage

De Nice à Cannes, les photographies du célèbre hebdomadaire, Paris Match, s’exposent. Des archives à retrouver jusqu’en octobre 2022, pour se remémorer quelques souvenirs phares de la Riviera.

Exposition « Nissa la bella – Trésor de la Riviera / Paris Match » inauguration 20 mai 2022 © Mairie de Nice

Acteurs, chanteurs et même politiciens se sont rendus à Nice pour fouler sa célèbre Promenade des Anglais. Des instants, parfois vieux de 70 ans, immortalisés et parus dans les pages de l’incontournable Paris Match. Jusqu’à l’automne, l’exposition « Nissa la Bella – Trésor de la Riviera » propose une soixantaine de clichés historiques. Une rétrospective en plein air, place Garibaldi, organisée par la ville de Nice, Marc Baincourt (commissaire de l’exposition), Michel Maïquez (ancien directeur artistique de Paris Match) et Charlotte Leloup (journaliste chez l’hebdomadaire). Dès l’été 1960, dans le numéro 583 de Paris Match, un journaliste du magazine écrit « Nice immortelle, c’est la Baie des Anges dont Raoul Dufy fit en 1927 une de ses plus célèbres œuvres. On lit l’âge de la ville sur ses toits : le rose c’est le passé — le blanc c’est la couleur du modernisme ». Aujourd’hui encore, l’hebdomadaire célèbre toujours le climat unique de la ville, sa lumière sans pareille et son architecture aux multiples influences. Des photos mythiques qui illustrent des sujets forts, voire bouleversants. On reconnaît les icônes de la belle époque : Johnny Hallyday arrivant à bicyclette devant l’hôtel Le Negresco, Magali Noël et Roberto Risso dansant sous la pluie de « l’Hollywood français », ou encore le Général De Gaulle en voyage officiel dans la région.

Ça roule pour l’idole. C’est bien à deux-roues que Johnny Hallyday arrive devant l’hôtel Le Negresco, en novembre 1967, mais privé de moteur. Son permis de conduire étant suspendu, il roule dans Nice à bicyclette, qu’il remet à un employé de l’établissement. De nombreuses anecdotes émaillent la relation qui unissait l’artiste à la Riviera, de ses débuts au Vieux-Colombier de Juan-les-Pins, âgé d’à peine 17 ans jusqu’au palais Nikaïa de Nice, où il lança ce qui devait être sa dernière tournée, le « Rester Vivant Tour ».
© Georges MENAGER- André SARTRES / PARIS MATCH

Pour Christian Estrosi, Maire de Nice et Président de la Métropole Nice Côte d’Azur : « La cité des Anges n’a pas d’atout plus grand que son image aux yeux du monde. Celle qui a valu à notre ville d’être reconnue et distinguée, le 27 juillet 2021, par l’Unesco. Rien ne l’illustre mieux que la photographie, qui immortalise depuis des décennies notre art de vivre en sublimant nos vies, nos couleurs, nos traditions et notre patrimoine. C’est tout cela que met à l’honneur cette exposition « Nissa la Bella – Trésor de la Riviera », produite en partenariat avec un grand titre de presse, Paris Match, qui a, pour la première fois, puisé dans la richesse de ses archives afin de mettre en récit tout notre territoire et ses habitants ». Plus qu’une exposition, ces archives constituent « un trésor iconographique unique en France et en Europe, un fonds culturel et historique », ajoute Gwenaëlle de Kerros, directrice du Développement du magazine.

De l’autre côté de la Riviera, d’autres clichés sur le thème « Cannes fait le mur – 75 ans de palmes et d’émotions » sillonnent les rues de la Croisette. Pour la sixième année consécutive, David Lisnard, Maire de la cité des festivals, fait confiance à l’expertise de Paris Match Développement pour concevoir et réaliser cette exposition photographique monumentale. Cette année, l’hebdomadaire parisien propose une rétrospective sur-mesure composée de 17 tirages : sept portraits géants et dix bâches aériennes. Une promenade iconographique en plein air, à découvrir sur les murs pignons des hôtels Renoir et Riviera, sur la façade du cinéma Les Arcades, sur celle de l’Hôtel de Ville et tout au long de la rue d’Antibes. On s’y remémore les acteurs phares des sixties : de Monica Vitti, à Jean-Paul Belmondo, en passant par Federico Fellini et Giulietta Masina. Grâce à son extraordinaire collection de millions de photos et des centaines de milliers d’articles, Paris Match reste un témoin historique privilégié. Le magazine reflète son époque dans tous les domaines, notamment dans le cinéma. Des clichés aussi glamours que légendaires, rendant hommage aux monstres sacrés du 7ème art et à la magie du Festival international du film.

Je partage

Article précédentUne pause estivale
Article suivantMets en plein air

Dernières tendances